Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Prospercohen
Membre
Messages : 32


Posté à 20h54 le 09 Sep 19





Sur le toit d'une usine agrochimique
Dans les heures tardives et vespérales
Un chat mêle aux fumées lymphatiques
Ses déambulations férales

Il contemple les fabriques inutiles
Il n'y a plus d'hommes et elles marchent encore
Cela fait mille ans qu'elles habillent l'aurore
D'un voile ou la pollution se distille

Les usines crachent leurs marchandises
Qui s'amassent et lèchent les brumes opalines
La nuit, dans ces décharges orphelines
On entend le vent clamer sa hantise

Ce sont les objets cherchant acheteur
Les pneus crevés les vélos déraillés
Ce sont les voitures aux virils moteurs
Pleurant et grinçant d'une voix éraillée

Que l'homme a-t-il laissé dans ces parages
Si ce n'est son œuvre couleuvre métallique
Qui enroule son corps dans les engrenages
Et siffle dans les cheminées asthmatiques

Par endroit des jouets désuets pourrissent
Les enfants eux aussi ont disparus
Ainsi que les mères, les sœurs et les nourrices
Seuls les chats errent de par les rues

Et les usines discutent près de l'âtre
D'une centrale à fission nucléaire
Les cieux enkystés de nuages acariâtres
déchargent leur fureur à coups d'éclairs

Le chat se désole de l'homme pyrogène
Et pleure ce beau monde si vite dévasté
Puis il chausse ses bottes de polyéthylène
et part coloniser la voie lactée.





Pierre
Modérateur
Messages : 6725


Posté à 08h07 le 10 Sep 19

Merci pour ce "féral" qui m'était inconnu.
Par contre ce "de par les rues" me semble étrange…


J'ai aimé le sujet, la musique moins.
Surtout en raison du manque de rythme, de mouvement ou alors c'est que je ne l'ai pas perçu.

Le mouvement je trouve, ouvre des compréhensions autant sinon plus que la rime… mais bon, ce n'est que ma façon de voir bien entendu.



Domenica
Membre
Messages : 64


Posté à 09h28 le 10 Sep 19

Un beau, grand et grave sujet, j'admire que tu aies pu le traiter avec poésie, par ex:
"Cela fait mille ans qu'elles habillent l'aurore
D'un voile ou la pollution se distille"


Coucou


Arcane
Membre
Messages : 389


Posté à 09h34 le 10 Sep 19

Ecriture soignée et observation fine qui nous projettent vers un certain abîme , Hélas ! Nous sommes techniciens en manque d'analyses en ce qui concerne nos faits et gestes .


Aurorefloreale
Membre
Messages : 6219


Posté à 10h56 le 10 Sep 19

Une poésie restée classique pour décrire des pollution modernes..
BRAVO


Sylvain2023
Membre
Messages : 896


Posté à 04h04 le 11 Sep 19

J'ai aimé aussi.

@Pierre, ce mouvement dont tu parles...j'aimerais comprendre, j'aimerais savoir et apprendre .


Merci


Colline
Membre
Messages : 45


Posté à 07h38 le 11 Sep 19

Bel écrit qui nous pose beaucoup de questions sur cette planete aussi désoeuvrée


Prospercohen
Membre
Messages : 32


Posté à 07h41 le 11 Sep 19

Merci pour vos avis. Pierre, c'est vrai que souvent mes poèmes manquent de rythme et j'y travaille!


Pierre
Modérateur
Messages : 6725


Posté à 07h44 le 11 Sep 19

Sylvain2023 (ah! ce nombre…!), ce que j'aime quand je lis une poésie versifiée mais aussi un texte en prose c'est la sensation d'un rythme d'un battement, d'un flux…
Quand je ressens cela j'ai la sensation de la vie, du sang sous la peau et ce que je lis devient donc, vivant, réel, tout prend corps.
La découpe du vers, de la phrase, les assonances (par le jeu des répétitions de son), les respirations, bref tout ce qui participe à un rythme devient cœur qui bat et je comprends mieux ce que je lis.
Quand je dis comprendre je parle plutôt d'appropriation, parce que je pense qu'on peut comprendre sans jamais savoir.
Pour "savoir" il faut que ce soit en nous et c'est cela qui, à jamais, sera impossible complètement.
L'autre ne sera jamais nous et nous ne saurons jamais tout à fait ce qu'il est, ce qu'il pense.

Alors pour moi, le rythme, le flux, le courant, le mouvement nous approche davantage (d'une manière pour ainsi dire primitive) de l'autre, de sa compréhension.
Avant l'intellect il y a le corps et la sensation de ce qu'il est.

Le rythme, la pulsation, l'écoulement… comme le ressac… la vie.


J'ai écrit comme ça venait et il y a sans doute plein de conneries dans ce que je viens de raconter...


Oxalys
Modérateur
Messages : 2050


Posté à 22h23 le 11 Sep 19

Au fur et à mesure de la lecture je revoyais les images de Tchernobyl après la catastrophe nucléaire de 1986, exemple type de la destruction de l'environnement par la mégalomanie humaine.
Bravo pour cette fresque dantesque qui se passe de musique -à mon avis- car les sons, les couleurs et les odeurs évoqués n'ont rien pour engendrer l'harmonie.


Rickways
Modérateur
Messages : 2722


Posté à 23h46 le 11 Sep 19

Un petit article sur "de par"

Lien internet

https://www.lalanguefrancaise.com/orthographe/de-par-ou-de-part-orthographe/


Pierre
Modérateur
Messages : 6725


Posté à 07h28 le 12 Sep 19

Oui Eric, mais dans le vers "Seuls les chats errent de par les rues" le " de par" n'a, je crois, pas le sens qu'il a dans l'emploi auquel fait référence ton lien.

En même temps faut pas non plus que vous vous preniez la tête avec mes interventions hein!


Laconscience
Membre
Messages : 30


Posté à 18h50 le 12 Sep 19

Nous avons le choix entre faire et etre
Faire nous connaissons, cela fait des milliers d annees que nous faisons.
Mais Etre connaissons nous?
Chacun se prend pour son moi sa personalite et cree en fonction de cela.
Etre n est ce pas sentir en soi meme cet observateur muet qui regarde nos pensees emotions reactions.
Cet observateur silencieux, c est la conscience.
Et nous nous sommes des formes creees par cette conscience
Et comme forme nous sommes le contenant de cette conscience.
Alors faut il etre possede par notre mental qui dirige nos vies egoiques ou bien faut il avoir un pied dans l ocean de conscience dont nous sommes les vaguelettes et fremissement de surface ?
Avoir un pied dans cette conscience pour nous y sentir unis a cette conscience.
Devenir cette conscience et maitriser notre mental qui est un bon serviteur mais un mauvais maitre.
Pour s unir a cette conscience il y a l instant present.
Etre dans l instant present car seul lui existe.
Pour revenir dans le present (qui est un cadeau) il suffit de remuer ses doigts de pieds et de les ressentir. Lecmental s amoindrit alors et plus nous ressentons notre corps plus nous sommes unis a la conscience puisqu nous en sommes une forme creee par elle.
Et pour faire demandons a l univers de se servir de nous pour creer ce sera moins egoique et plus durable

Amicalement votre


Arcane
Membre
Messages : 389


Posté à 11h46 le 13 Sep 19

Ah ! Tchernobyl …. On ne connaîtra jamais la vérité sur ce désastre Catherine ! Dommages sur la Terre, dans l'air et les humains auxquels l'on n'a pas tout dit ! Que de mensonges abominables !


Laconscience
Membre
Messages : 30


Posté à 10h23 le 23 Sep 19

Ca ne marche pas car les humains se prennent pour leur corps... Alors que le corps est un vehicule automatique pilote par le mental...
Agissons en pleine conscience et mettons une distance entre notre mental notre corps et nous memes...

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2