Page : 1

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Chrishautrhin
Membre
Messages : 223


Posté à 21h17 le 28 Nov 20

« Frappe !... frappe, fils de pute !... frappe ! »… Ça m’a réveillé vers les 4h du mat. D’abord, j’ai cru que je rêvais. L’ordre est braillé sous ma fenêtre, gueulé par un zouave titubant, sorte de molosse maghrébin débordant d’alcool… L’autre en face, y cogne pas… y recule… veut éviter la baston. Plus il recule, plus les « Frappe !... fils de pute ! »… redoublent et haussent dans les aigües. Le zouave valse autour de l’autre en de larges danses circulaires et réclame qu’on le brutalise… mendie des gnons pour sa tronche… mais exige – grand saigneur ! – que l’autre frappe first. Une sorte de « Messieurs les anglais, tirez les premiers ! » version nioulouque. Alors, toujours, en échos, cette mélopée impérative : « Frappe !... fils de pute !... frappe ! » Ça dure bien vingt minutes, le brouhaha des danseurs !... Ils me font chier extra !... Derrière les fenêtres, personne rouspète… personne allume de lumière. C’est pourtant certain que d’autres hiboux observent les zigotos s’invectiver. Je rêve qu’une grosse pluie vienne mettre un bouchon sur le vacarme… ou à défaut, que l’autre lui colle enfin son pain pour lui fermer sa grande gueule !... L’autre, j’l’ai pas dit encore, c’est un grand noir… corps d’athlète olympique, il titube aussi ; un peu moins seulement. Autour, la troupe de potes hilares s’amusent tour à tour à calmer et à encourager les torgnoles… « Frappe !... fils de pute ! » Encore ! Toujours ! L’insulte éventre le silence. Le noir cesse de reculer, fatigué par l’autre derviche. Il donne primo le premier coup de poing !... Autorisé à riposter, le molosse se lance à l’assaut de l’Hercule africain !... il catapulte son poing dans le vide et tourne sur lui-même, emporté par sa propre force motrice. Le grand noir est à bout de raisonnement. L’alcool l’emporte. Le coup esquivé a réveillé l’homme primaire… l’instinct de survie. Roublardise !... Vacherie !... il ramasse ce qui ressemble à une barre métallique près d’une poubelle et assène furieusement plusieurs coups sur le crâne de l’autre, qui s’écroule sur le sol. Il continue à le rosser… répond avec gourmandise aux suppliques masochistes !... Les zigotos aux premières loges ont plus envie de faire guili-guili. Ils stoppent le supplice avant que le bourrage tourne en lapidation. Moi… j’écarquille les yeux… regrette de pas avoir filmé avec mon smartphone… je me surprends à penser que ça aurait été marrant de revoir à pleine lumière la tauromachie nocturne. En bas, le molosse bouge plus ; les bras le long du corps, une petite mare rouge auréole sa tête et fait comme une litière. Près de lui, Hercule sanglote en silence ; il dit qu’il voulait pas ça ; qu’il faut pas que son ami meurt… La troupe soulève le corps endormi et l’emporte. Reste le grand noir assis sur le trottoir, la tête entre ses mains, pleurant maintenant en gros sanglots… Les gladiateurs partis, les fenêtres se déboutonnent, se boursoufflant d’ombres fumant en silence, repues comme après l’amour.

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1

Discussion en direct :
Connectez vous pour participer.


Derniers posts :
  • Laugierandre dans
  • Machajol dans Aurores[...]
  • Serona dans Aurores[...]
  • Ottomar dans Le site Comment[...]
  • Arcane dans Chimère[...]
  • Saintes dans À pas comptés[...]
  • Lau dans À pas comptés[...]
  • Tigrou dans Naufrage[...]
  • Pierre dans Correspondance [...]
  • Salus dans Le cœur bleu[...]