Signaler un contenu inaproprié.

Page : 1-2

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Auteurs Messages

Machajol
Membre
Messages : 5243


Posté à 10h20 le 13 Mar 24

Cette année " la grâce"


Si l'un ou l'une d'entre vous souhaite poster un poème sur ce sujet .
....

Salut


Machajol
Membre
Messages : 5243


Posté à 14h48 le 13 Mar 24

Admiration



Toile de couleur jaune
Aux grands traits de couleurs

Sensations, vibrations

Voyage dans l'espace
Fluide et chamarré

Mes pensées vagabondes
Le long de cette toile

Les tons légers et sombres
Aux rythmes charpentés

Ont la cadence intense
D'un concert musical

Le doigté permanent
De ce peintre enchanté

Par une muse issue
De l'espace absolu

Présente à mon regard
Cet instant d'évasion

Dans le flou lumineux
De ce jaune incendiaire

Coupé de grands traits noirs
Comme sur une gamme

Les yeux se perdent dans
Le son de tes silences

Puis les notes s'envolent
Et les touches résonnent

L'éclat d'une harmonie
Divine allégorie

Du pinceau et son maître
De l'oiseau et du chant

Mêlant tout simplement

Les notes pastorales
Aux couleurs musicales

Dans un élan de vie
Lumineux, infini



Poème posté le 17/09/15





Ce message a été édité - le 13-03-2024 à 14:49 par Machajol


Machajol
Membre
Messages : 5243


Posté à 12h27 le 14 Mar 24

Apparition


Elle marche sur l'île
Pied léger et agile

Elle semble voler
Dans son voile de soie

Ses cheveux blonds défaits
Comme une algue parfois

S'emmêlent dans le vent
Soulevant ses rubans

Princesse de ces lieux
De son pas harmonieux

Elle parait danser
Dans les vagues bleutées

Elle va à la grotte
Prier pour les marins

Perdus dans les matins
Brumeux, des mers si hautes

Puis elle disparait
Dans l'éther, cette fée

Aux blonds cheveux lâchés
Et aux pieds si légers



Poème posté le 09/07/20 par Machajol


CinquiemeVallee
Membre
Messages : 799


Posté à 14h06 le 14 Mar 24

Coucou J'ai bien cru l'apercevoir !

Un ange est passé :

"Moinillon, redescends sur terre
Épouser la chef de chœur
Commander comme armateur
Ce vaisseau qui désespère !

Dans le silence moelleux
Vos cœurs meurtris pansent vos bleus,
Et vous lierez entre les lignes
Vos horizons qui se font signe...

Ô, beaux tracés ,chemin de foi,
Quel est cet ange en plein milieu ?
Doux parfum de fraises des bois
Aurait-on le droit d'être heureux ?





Ce message a été édité - le 14-03-2024 à 22:48 par CinquiemeVallee


Oxalys
Membre
Messages : 3224


Posté à 17h14 le 14 Mar 24

Tes deux poèmes sont magnifiques, Macha.Coucou
Merci pour l'invitation à participer.
Le thème me plaît. Je vais voir ce que je peux en faire ! Salut


Pierrelamy
Membre
Messages : 1960


Posté à 18h44 le 14 Mar 24

Merci Machajol, de nous faire cette grâce
Salut

Rondeau

Madame est en état de grâce
à son retour de Grèce
Elle y connut un bel éphèbe
Au look de Prince arabe.

En ce délicieux manège
Elle oublia son âge
Madame est en état de grâce
à son retour de Grèce

Son palpitant bat la chamade
lorsque oyant un aède
Elle repense à son Hellène
Sur sa motobécane
Madame est en état de grâce






Ce message a été édité - le 15-03-2024 à 10:33 par Pierrelamy


Jim
Membre
Messages : 3951


Posté à 21h32 le 14 Mar 24

Ilia
Voici les misérables rescapés de Troie, échappés au fureur de l'ennemi.
Idamante
Je m'en vais briser leurs liens, je veux les réconforter à présent. (Hélas ! Que ne puis-je en faire autant pour moi-même !)
Relâchez ces chaînes, et qu'en ce jour, le monde, fidèle Sidon qui nous est soumise, voie deux peuples glorieux enchaînés par un doux noeud et liés par une parfaite amitié.

(…)
Chœur des Troyens et des Crétois
Jouissons de cette paix,
Et que l'amour triomphe ;
Tous les cœurs désormais
Connaîtront l'allégresse.

Deux Crétois
Gloire à qui éteignit
Les flambeaux de la guerre,
Car désormais la terre
Connaîtra le repos.

Deux Troyens
Nous allons grâce à vous,
Dieux miséricordieux,
Ainsi qu'à ces beaux yeux,
Jouir de la liberté.


(Idoménée – W. A. Mozart, G. Varesco – Trad. : Dominique Sila)

Troyade


Déesses, quelle faveur, accorderez-vous
à ce jeune berger, lequel vous tend la pomme
de la concorde ou bien... Si calculant la somme
de vos vertus, vers quelle pliera-t-il genoux ?

De puissance et raison, le voilà qu'il bafoue
d'Athéna et d'Héra, leur règne sous le dôme,
tandis que, d'Aphrodite, il obtient jolie môme,
sur Terre la plus belle avec laquelle il joue.

Des belles, le caprice est céleste vouloir,
qui, moroses, s'ennuient dans le jardin d'Olympe.
Hélène ne sait pas le sinistre mouroir

dont les cris perceront, d'orbe des cieux, le tympe.
S'ouvrira, sous le pas de son désir, l'enfer,
lors que les rescapés crieront : la der des der!

Lien internet

©JIM



Ce message a été édité - le 01-04-2024 à 17:13 par Jim


Pierrelamy
Membre
Messages : 1960


Posté à 06h07 le 15 Mar 24

C’est le rififi chez les Grâces
Euphrosyne grince
Cette peste de Thalie singe
Aglaé qui enrage

Et ça fiche en rogne Vénus


Oxalys
Membre
Messages : 3224


Posté à 08h56 le 15 Mar 24

Etat de grâce

Une goutte perlant au lobe de l’oreille,
Un nuage posé dans le creux du poignet,
D’un voile de douceur le parfum se revêt,
Son sillage répand des bouquets en corbeille,

Les notes épicées du musc et de l’œillet
Enrobent la senteur boisée de clématite
Relevée d’un soupçon d’iris et de genêt.

Dans le miroir chatoient la grâce d’Aphrodite,
L'aura de Cléopâtre au sortir de son bain,
Ou d'Hélène enlevée par les flots du benjoin.
L’envoûtante beauté de l’amour précipite

L’état de grâce dans un torrent de jasmin.


Arielle
Membre
Messages : 138


Posté à 10h17 le 15 Mar 24

Merci beaucoup Machajol d'avoir pensé à nous offrir cette participation au thème de cette année qui devrait inciter plus d'un poète à en louer les grâces. Allez, je m'y essaie:

La soie

La nacre de la soie déployée se souvient
du tendre sceau laissé par la paume dont l’ambre
crissait en effleurant la courbe de ce sein

La soie se dérobait et glissait de l’épaule
éveillant un frisson qui dénudait le dos

Un instant suspendue aux méandres des reins
elle offrait leur ellipse
à des doigts impatients
avant de s'affaler
en nimbant le tapis
de la grâce allouée aux roses qui s'effeuillent


Marcek
Membre
Messages : 5106


Posté à 12h58 le 15 Mar 24

La grâce

La grâce d’un printemps qui bouscule nos vies
L’éclosion attendue de corolles ravies
Avides de lumière , éblouies de soleil
Au sortir des bourgeons après un long sommeil

La grâce d’un beau jour aussi frais qu’un bouquet
Un de plus , un de plus, après l’hiver inquiet
Où l’âme se replie en des pensées moroses
Rêvant aux jours lointains où la nature explose .

La grâce d’un instant loin du fracas du monde
Dans un jardin riche de rêves accomplis
Auprès des magnolias dignes en leurs surplis
Tandis que la ficaire émeut par sa faconde .

Magnolia stellata , en poudroiement neigeux
Ou magnolia Suzan poudré d’un rose exquis
Il m’est doux chaque jour de revenir vers eux
Rendre grâce au printemps , rendre grâce à la vie !



Ce message a été édité - le 15-03-2024 à 13:01 par Marcek


Machajol
Membre
Messages : 5243


Posté à 13h55 le 15 Mar 24

Merci chers poètes et poétesses pour vos magnifiques poésies sur ce thème !

Le printemps fleurit ! Salut


Pierrelamy
Membre
Messages : 1960


Posté à 06h35 le 16 Mar 24

De grâce
N’insultez pas la panthère des neiges
ni la splendeur des grands chemins
ni cet amour de la nature vierge
ni ce besoin d’infini de l’humain

De grâce
N’insultez pas la panthère des neiges


Machajol
Membre
Messages : 5243


Posté à 12h14 le 16 Mar 24

La déesse

Elle possède mille grâces
La déesse de la nature
Quand elle avance dans la place
Se poussent branches et verdures

De ses doux voiles vaporeux
Elle caresse en élégance
Les fleurs aux pétales soyeux
De la forêt, en révérence

S'inclinent tous les animaux
A son passage, les oiseaux
Chantent la chanson du printemps

Tout le silence, en un instant
Semble percer feuillage blanc
Elle, divine, dans les eaux.


Libellule21
Membre
Messages : 266


Posté à 16h03 le 17 Mar 24

La Grâce de...



Je revois ce danseur, d’une rare élégance,
Rencontrer son égale en un sublime élan,
Virevolter soudain, guidant son pas charmant
En fluides pas-de-deux… Extase de la danse !

Et sous le ciel moiré d’un décor de romance,
Le couple entrelacé virevousse aisément :
L’orchestre fasciné suit le rythme envoûtant
D’une complicité qui frôle l’indécence !

J’ai rêvé de vous, Fred, J’ai rêvé de vos mains
Qui glissaient doucement dans le creux de mes reins.
Et j’étais entraînée dans une valse lente

Que nos corps magnifiaient d’une magie solaire.
Mes voiles s’envolaient, j’étais éblouissante
Grâce à vous…
I love you, cher Monsieur Fred Astaire.




J'avais écrit ce poème pour le thème "la Grâce" du printemps des poètes, mais bon... le thème de mars du site est autre, alors...

Vous devez être connecté ou demander l'accès au forum pour répondre à ce message.

Page : 1-2