Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


CinquiemeVallee [07/11/18 18:40]
Oui!...Et résister aussi à notre propre paresse intellectuelle, quoi que "naturelle", qui pourrait nous conduire exactement là où l'on n'aurait jamais voulu arriver : la barbarie !

Le débat éthique sur "à partir de quel stade de développement l'embryon peut être bénéficiaire des droits humains", il est fini en France, mais il faut toujours continuer à le remettre en question la conscience morale l'exige mais aussi la conscience scientifique...En attendant rien n'est fait pour tordre le cou à une lecture dogmatique de "Croissez et multipliez"...et ce sont des enfants déjà "venus au monde" qui sont assassinés avec des armes "made in France" , au Yémen !

J'aime la structure de ce poème pas tout à fait "comme avant".
Merci Au clair de ma plume !


Ombrefeuille [30/10/18 17:43]
Merci, Au Clair de ma Plume, pour ce respect de ce que tu ne partages pas … Merci de m'avoir épargné les baffes, souvent réservées à ceux qui, comme moi, se sont engagés dans ce combat-là (pour ce qui me concerne, voici bientôt trente-cinq ans, avant même que je sois majeure). L'espace comm ne suffirait pas pour amorcer une réflexion, cela pourrait relever du forum … Encore faut-il qu'il s'agisse bien de réflexion, et non pas de polémique.

Encore une fois d'accord avec tout le reste, hélas plus vrai de jour en jour.


Lastours [29/10/18 11:33]
Tu as raison: la vie est un éternel recommencement et les mêmes horreurs se préparent mais, comme tu le dis, il ne faut pas rester les bras croisés mais résister.


Au clair de ma plume [29/10/18 10:53]
Merci pour ton commentaire. Des baffes ? non ! Tu exprimes tes convictions, je ne suis absolument, mais absolument pas d'accord mais tu as le droit de les exprimer.


Ombrefeuille [28/10/18 17:22]
J'adhère … avec juste un bémol qui va m'attirer des baffes.

Je ne partage pas l'idée que l'avortement serait une avancée. Je pense au contraire que c'est un échec COLLECTIF (j'insiste sur ce mot), car il s'agit de l'exclusion du plus faible et qui n'a même pas voix au chapitre.
Et j'ai bien conscience que s'il n'était plus légal, les institutions et nous-mêmes aurions le devoir de chercher et de trouver comment aider les femmes confrontées à une grossesse non-désirée à garder et à élever dignement cet enfant. Vaste chantier, et c'est peut-être pour cela qu'on ne veut pas s'y attaquer. Du coup, en supprimant les gamins avant leur naissance, on fait peser sur les femmes le poids d'un silence terrible qui s'appelle l'OMERTA.

RESISTER, tel est bien le mot !

Et je redis : D'accord avec TOUT le reste :)