Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Polymnie2 [08/08/16 10:59]
Je pensais que mon sous titre ne laisserait pas de doute :
"Pendant des années c’était, puis..."

Oui, c'est cela, je savais que je ne me laisserais pas abattre, et c'est ce qui est arrivé avec un redressement qui m'a permis de prendre le dessus sur la vie!

Merci encore
Polymnie2, ce 8 août 2016.



Poetedza [08/08/16 10:52]
Il fallait prospecter dans le fond du poème pour pouvoir comprendre qu'il ne s'agit pas d'une situation morale du moment mais plutôt d'une détermination à se remettre debout après la chute .
Merci.
Poetedza Ce 08.08.2016


Polymnie2 [08/08/16 08:42]
Oui, je ne suis pas celle qui baisse les bras!
Je pense, d'après les commentaires, que ce texte n'a pas été compris. J'ai relaté des années vécues au présent, revivant ce que j'avais porté car je n'en n'ai jamais parlé!
A chaque croche pied, je me suis relevée et je savais que je réussirais quoiqu'il arrive!
Les poètes ont cru d'après ce que j'ai lu, que c'était une situation morale du moment!

Merci Poètedza,
Bonne journée à toi.


Poetedza [08/08/16 07:18]
En fin de compte voilà le poème sagement terminé avec cette conviction qu'on ne se lasserait d'aimer tant que le cœur par la vie est animé,il y aura toujours la graine d'un amour semée prête à germer.
Très bonne journée.
Poetedza ce 08.08.2016


Polymnie2 [19/10/15 14:18]
Un rien remue un temps, un temps mort qu'on ne tue pas il n'est peut être pas tout glorieux mais il berce dans mes yeux une pensée que j'ai eue et qu'avec recul je m'en veux d'avoir frôlé l'égoïsme personnifié, mais non j'ai rebondi grandie, j'ai sauvé des enfants qui m'étaient confiés sans leur faire vivre l'orage mais comme on partage une tartine en morceaux menus.

Merci Raymond d'être venu sur ce passé inconnu.

Bise, Polymnie2, ce 19 octobre 2015


Raymond [19/10/15 13:30]
Le passé ressurgit!

Le poète endosse le gilet de la mélancolie mélée d'espoir..

Bonne journée Jeanne Marie!
Un gros bisou



Polymnie2 [19/10/15 11:30]
Merci Louis d'être passé me laissant des empreintes en bon pansement.

Amitiés, Polymnie2, ce 19 Octobre 2015.
.




Louis Vibauver [19/10/15 10:48]
Juste quelques lassitudes mais qui permettent de reprendre ses forces et son souffle. Il ne sera pas nécessaire d'attendre le printemps pour que le plein soit fait et que la route des amours soit reprise.
Cordialement
G


Polymnie2 [19/10/15 09:27]
J'aime Mady tes pointillés....

Merci, amitié sincère,
Je t'embrasse Jeanne-Marie


Madykissine [19/10/15 07:57]
Bonjour Jeanne-Marie
Je reviens dès que possible lire à nouveau ce superbe poème. - des pointillés aujourd'hui et demain, sur ma route. Sourires

Grand Merci
Je t'embrasse
Mady


Polymnie2 [18/10/15 21:56]
Merci Hugo,
C'est vrai que les feuilles sont parcheminées depuis ce temps
mais les cendres brûlent toujours, un rien les ravives ; la déprime n'a pas de saison elle coure à pas feutrés comme si de rien n'était mais elle vit dans un foyer choyé. De plus ma déprime de l'époque est toujours restée muette et sans effet apparent, elle ne se lève que lorsque je me couche!

Bises à toi Hugo et grand merci pour t'être arrêté,
Bisou poli,
Polymnie2, ce 18 octobre 2015.


Hugo98 [18/10/15 19:09]
C'est un peu la déprime automnale.

En poésie, le moral s'écrit sur des feuilles caduques.

Polybisous Polymnie!


Polymnie2 [18/10/15 13:46]
Merci Sylvie, il faut l'éclat d'une rose qui perd tous ses pétales pour dessiner qu'un jour, un à un elle redevient plus belle rose au parfum à partager!
C'est la leçon de la vie, quand la vie garde pour elle ses secrets!
Tu as très bien compris et Dieu sait combien j'ai désiré qu'Il reprenne celle qu'Il m'a donnée!

Avec toute mon amitié,
Polymnie le 18 octobre 2015.


Sylvie [18/10/15 12:10]
Il n'y aurait pourtant plus beau poème pour dire "Je t'aime" à la vie...

Poignant cri d'Amour...

"Eli, Eli, lama sabachthani...."

Merci Polymnie pour l'intimité de ce partage

sylvie