Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Fasya [25/03/19 07:22]
La rage de celui qui se désespère d'obtenir est semblable à un raz-de-marée.


Leonard [18/05/18 14:53]
La mer est une drogue dure...

Ceci dit je relis avec plaisir, ici !


Banniange [27/07/17 12:31]
Heureux que ce poème ait retenu votre attention, votre commentaire enrichit le sens du texte, merci.


Eva Dam [26/07/17 22:04]
Poème riche et fort! "L'infinie matrice" envoûte et trouble, en faisant émerger la méditation, la quête d'un ailleurs trans-temporel, l'aube d'une réponse...Merci!


Banniange [26/07/17 17:55]
Merci Marcek, charmante origine de ton pseudo!J'avais expliqué le mien à un poète du site qui manifestement a disparu dans la mer puisqu'il n'y a plus de traces de son message!A bientôt.


Marcek [26/07/17 16:57]
Et j'aime beaucoup l'éclairage sur ton pseudo ! Le mien vient des initiales de mes petits-enfants !


Marcek [26/07/17 16:56]
Violence, tempête, vagues déferlantes : les mots nous portent au-delà de l'écume !


Leonard [09/02/17 17:09]
D'où que je me rappelle
Le vent toujours
Me ramène
Sur mer
Saôul
!


Banniange [10/01/17 14:38]
Une belle amplification poétique qui redonne vigueur à mon poème, merci Leonard!
Amitiés poétiques!


Leonard [08/01/17 14:51]
Tout en marchant je me demande
Pourquoi j'avais la tête ailleurs
Las me répond depuis la lande
Le Rocher rose à peau de fleurs:

"Fleur de lichen et fleur de sel
Ce sont les embruns qui me tiennent
Lieu de jeunesse quand l'appel
Du large à ta perte t'emmène"...

j'ai peaufiné mon commentaire à Mady ce jour pour l'adapter à ton superbe éloge de l'amer...

Amicalement



Banniange [25/12/15 09:12]
allez je me dévoile comme Isis(ou le contraire enfin je ne sais plus…) mon nom de baptême c 'est Benini Giovanni Angelo(très lourd à porter) et lors d'un jeu avec des amis les lettres ont formé banniange,j'aimais assez le contraste,voilà toute l'affaire,merci de ton commentaire poétique Hugo évidemment il y a aussi un superbe poème de Baudelaire qui commence : "Homme libre toujours tu chériras la mer
Elle est ton miroir tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer
Que cette fin d'année t'apporte joie et sérénité