Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Louis Vibauver [01/09/16 08:52]
Un vrai plaisir Jacky de te retrouver avec ta belle plume parmi nous.
Excepté ceux de sa génération et les passionnés de cinéma ou de sport, qui connaît en effet les noms de Damia, Fréhel, M. Chevalier ou Ostermeyer, Boiteux ou M. Hansenne parmi plusieurs autres?
Cordialement
G


Jakecrit [23/08/16 19:10]
Salut G.
Eh oui ! Il est vrai que l'on élevé à la déité bien de simples humains fussent ils de grand sportifs et ou de grands artistes.

Oxalys a raison on parlera encore des uns mais on aura oublié les autres.

jacques


Louis Vibauver [22/08/16 10:23]
Notre époque, Oxalys aime user de superlatifs jusqu'à dénaturer les mots et peut-on réellement parler de mythe ou de légende ces artistes ou sportifs qui ne restent dans les mémoires que de deux ou trois générations.
Cordialement
G


Louis Vibauver [22/08/16 10:19]
Le temps, Colline est un élément essentiel pour que le récit ou l'exploit devienne légendaire puis mythe.
Cordialement
G


Louis Vibauver [22/08/16 10:16]
C'est Colibri, l'avènement prévu par le 'Crépuscule des Dieux' que d'élever ces artistes ou sportifs à de telles altitudes. La chute n'en sera que ^plus dure hélas pour eux.
Cordialement
G


Colibri [07/08/16 11:09]
bonjour louis, j'aime bien la façon dont tu nous emmènes vers les mythes d'aujourd'hui,
cependant ils n'ont pas la même dimension que
les dieux anciens....On ne sait pas d'où ils étaient issus....nos acteurs sont des humains
de souche...Bisous


Oxalys [02/08/16 11:20]
Il fallait y penser : mettre sur la même ligne de départ les mythes d'hier et ceux d'aujourd'hui !

Loin d'avoir le don de Cassandre, je prédis que dans deux mille ans, on parlera toujours des premiers, alors que les seconds, on les aura oubliés depuis longtemps...


Bravo Gérard pour cette grande fresque mythologique



Colline [01/08/16 10:56]
Le devant de cette scène symbolique me semble obscur et rempli de dissonances.

Cependant, j'adore la manière de laquelle l'auteur capture les instants de changement: "...Nous sont comme des archétypes
Mais en ces temps qu'on dit modernes
On fait fi de ces baliverne."..

On dirait qu'ici le temps devient un personnage à part entier, même s'il reste dans les coulisses.

Bravo