Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Lastours [09/10/20 09:36]
On devrait aller faire un tour dans certains pays, on se rendrait compte, en effet, de la chance qui est la notre.


Jim [01/10/20 17:23]
"on ne se rend pas compte de le chance qui est la notre." Oui ! Alors, ne la perdons pas.


Lastours [22/09/20 09:02]
À Feuilledor, Attention:

Faisons comme beaucoup de Français: descendons dans la rue avec des pancartes et des slogans mais pour défendre la poésie.
Cordialement.


Attention [21/09/20 20:01]

"Ca se passe de commentaires..."
Ca a une très belle énergie
Comme dans la vie, le points différent
De vue (hier comme aujourd'hui...)

Prince, nous sommes tous sur la Terre
Ballades, Poèmes, Mammifères…
Une foule d’envies aux enchères
Des « Moi et Je » et leurs sosies

Moi J'ai donc bien aimé !



Feuilledor [19/09/20 17:14]
J'aime ton poème qui dit bien des choses. Beaucoup de casseurs dans les rues et des pauvres gens qui voudraient tellement être plus argenté, mais le moyen en ce moment de faire des grandes manifestations est dangereux pour toute l'économie enfin à mon humble avis il faut réinventer le mot Fraternité c'est pas gagné ... Mais ton poème est très explicite et toujours bien écrit. Bonne soirée


Lastours [18/09/20 07:46]
ça ne fait rien; de toute façon, tes visites sont toujours un vrai plaisir.


Ensuspens [18/09/20 07:09]
Je suis navrée, je ne pourrais pas te proposer l'illustration souhaitée parce que dans notre beau pays certaines libertés sont proscrites. Peut être une autre fois...


Lastours [17/09/20 08:03]
À Tifred, Colline, Kerdrel, Francis, Claudel, Ombrefeuille, Ensuspens:

Merci tout d’abord à tous pour vos visites et vos commentaires sympas. Il est vrai que dans notre belle et éternelle France, il est de tradition de descendre dans la rue pour un oui ou un non. Il est certain que dans beaucoup d'autres pays, ça ne se ne passerait pas aussi bien et qu'on ne se rend pas compte de le chance qui est la notre.


Ensuspens [17/09/20 06:49]
Ho! Hier matin, "en me baladant", j'ai vu un spot qui pourrait illustrer ton texte... Je vais voir si y a possibilité de réaliser cela ;-)



Ombrefeuille [16/09/20 18:26]
On doit craindre beaucoup plus
ces foules ameutées pour un oui
ou pour un non, prêtes à se ruer
dans la rue à l'appel de stars autoproclamées des réseaux sociaux (lesquelles stars, pour certaines, n'hésitent pas à comparer nos forces de l'ordre aux SS nazis, sic !), on doit craindre ceux-là, donc, plus que les "princes", nos gouvernants, ni meilleurs ni pires que ceux qui les précédèrent et que d'autres à travers le monde.

C'est là un avis disruptif, je sais, mais c'est le mien, et il n'étonnera personne.

Il est bon que je cite ici Winston Chruchill qui a dit fort justement : "Les Français vivent au paradis, et ils en ont fait un enfer". Et Sylvain Tesson, écrivain explorateur de notre époque, dit à peu près la même chose : "Les Français passent leur temps à se croire en enfer alors qu'ils vivent dans un paradis".
A méditer, assurément ...

En tout cas, le poème est des mieux écrits, et ta plume maîtrise tout
l'art de la ballade, qui consiste à développer et synthétiser en même temps. Bravo pour ce talent que
je salue.


Claudel [16/09/20 16:08]
Joliment écrit ! Merci pour cette ballade dans Paris. +V


Francis [16/09/20 10:53]
Merci pour ce poème très agréable à lire, de plus en plus de médecins commencent à dire qu'on en fait trop au sujet du covid, qui croire ?


Kerdrel [16/09/20 10:31]
c'est aussi la chute que je préfère,
comme vous le dites :
"Ça se passe de commentaires"



Colline [16/09/20 08:40]
" Princes rêvant d’un temps royal
Avec le serf et la charrue,
Debout sur votre piédestal,
Voyez les Français dans la rue. "

Si vrai, si juste...
Merci



Tifred [16/09/20 08:31]
comment ne pas voir ?