Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Loren [20/11/20 19:15]
Je suis très touchée Ombrefeuille. Ce poème m'a fait verser des larmes. Aussi n'ai-je pas pu continuer!


Ombrefeuille [20/11/20 15:47]
Ton poème est une pure merveille, et les mots s'entremêlent comme les souvenirs des chers disparus qui demeurent tout au fond de l'âme.

J'aime particulièrement "le cosmos halluciné". Il y a là une force expressive qui dépasse notre finitude !

La dernière strophe est également une perle, les mots disposés dans
un ordre différant à chaque vers conférant au tout ce perpétuel mouvement que dissimule l'immobilité du deuil.

La rose qui orne ton écrit nous
fait percevoir la permanence sous l'évanescence. Tout est beau, tout est juste, bravo !


Loren [19/11/20 20:26]
Je ne peux qu'approuver. Merci pour ton commentaire, Philippe.


Philippeb [19/11/20 00:18]
Oui Laurence, tout se confond, le temps, l'espace, les mots, la vie, la mort et nous ne pouvons qu'aimer et continuer à aimer ceux et celles qui sont partis, bien à vous


Loren [15/11/20 19:50]
Merci Boblawap et Louis pour vos commentaires touchants.


Loren [15/11/20 19:47]
Merci Kerdrel de ton passage. Il est vrai qu'"on ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime." , parfois par pudeur ou tout simplement parce que l'on croit immortel les gens que l'on aime ou par le refus d'accepter l'inexorable.


Louis [15/11/20 19:30]
merci pour ce poème
des souvenirs qui restent avec une morale et façon de penser


Boblawap [15/11/20 16:42]
Bel hommage en ce temps de Toussaint où l'on se remémore encore plus intensément nos chers disparus.


Clementcheylan [15/11/20 14:49]
Le temps que tu as mis pour écrire ces mots, l'espace qu'ils ont pris sur nos écrans et l'amour qui t'a permis de nous les donner...


Kerdrel [15/11/20 14:48]
On ne dit jamais assez
aux gens qu'on aime,
qu'on les aime


Loren [15/11/20 14:37]
Merci Hicvelibi pour ton commentaire.
Tu as retranscris ce que je ressens.
Je vais te faire une confidence. J'ai commencé à écrire des poèmes à l'âge de quinze ans puis au fil du temps j'ai arrêté d'écrire. C'est la perte de ma maman qui m'a amenée à réécrire. C'était un besoin viscéral et je lui ai beaucoup écrit. C'est un peu une thérapie.


Loren [15/11/20 14:26]
Merci pour ton passage Claudel et je suis très émue ...Elle a rejoint les étoiles. Elle continuera à briller dans ton coeur.
Je suis de tout coeur avec toi.
Toutes mes condoléances et mes amitiés les plus sincères.


Hicvelibi [15/11/20 14:05]
Une belle variation mémorielle dans laquelle je lis que c'est grâce aux mots qu'on peut supporter l'absence d'une personne, le temps passé et l'espace vécu sans elle.
Tes paroles forment pour moi cette synthèse.
Bravo



Claudel [15/11/20 13:58]
Bel hommage en poésie pour ta chère maman. Ton poème me touche particulièrement parce que le 6 novembre 2020, ma maman est décédée dans une résidence pour aînés. Elle avait 100 ans, 7 mois et 1 jour.