Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ombrefeuille [23/02/21 18:13]
Je te vois d'ici : Rouge comme une pivoine ! Haut comme trois pommes à genoux et le coeur battant plus fort que
la grosse caisse de la fanfare, si-si !

Résultat des courses : Un poème fort plaisant à lire et une photo qui nous fait désirer très fort le retour des jours heureux des réjouissances publiques.


Jim [20/02/21 21:20]
z'ai pas grandi, Lupa, z'ai toufé pourssa !


Lupa [20/02/21 16:17]
le poème également est craquant ! Le regard émerveillé d'un enfant est une merveille en soi ! Et savoir le retranscrire à l'âge adulte c'est savoir cultiver cette âme d'enfant !


Jim [18/02/21 17:03]
Eh vi ! P'tits camarades, avant d'être un dépoté, il fut un empoté ! Cela dit, elle était vraiment craquante, la chinoisette !


Philippeb [17/02/21 20:30]
Salut Jim, tu n'as pas chinoisé pour écrire un beau poème ! Je vote !


Loren [17/02/21 12:14]
J'aime la réminiscence des souvenirs, surtout ceux qui remontent de l'enfance.
Beau poème Jim!


Colline [17/02/21 10:01]
On ne les oublie jamais ces troubles du cœur amoureux de la jeunesse


CinquiemeVallee [16/02/21 22:51]
Rie ne s'efface des grands émois d'enfance...


Angieriquedm8 [16/02/21 22:36]
Très beau poème Jim!
En finesse dépeint le premier émoi... on oublie jamais, ces petits élans de désir et d’amour totalement purs de notre petite enfance.


Kerdrel [16/02/21 20:01]
Une fête des fleurs qui se termine en fête des pleurs
pourtant cela avait bien commencé
"Ah ! Quelle était jolie, ma petite chinoise
"Rencontrée à Luchon dessus un char fleuri !
De ta bouche pincée, de ton œil qui me toise,
Je me souviens, à nul moment tu n'as souri."