Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Claudel [23/12/17 22:34]
Merci Muserhode, pour ce témoignage et merci aussi pour ta visite et la lecture de ce poème.


Muserhode [23/12/17 20:21]
Bonsoir Claudel, je n'ai pas de mots, mais je connais cette douleur, très bon Noël allez courage ce que je n'ai pas.. Très émue!
Avec mon amitié :)


Claudel [23/12/17 14:28]
Joyeux Noël amicale Arcane


Arcane [23/12/17 09:45]
Bonjour amical Claudel !


Claudel [09/11/17 01:54]
Merci Louis de ta visite


Louis [08/11/17 19:40]
oui, beau poème , tristesse


Claudel [08/11/17 14:58]
Merci Arcane pour ce commentaire très apprécié...


Arcane [08/11/17 09:41]
Les oiseaux sont la symbolique des âmes silencieuses errant dans le cimetière des allongés pour l'Eternité
Je partage ta douleur et ne veux garder que les meilleurs souvenirs de nos chers absents !à la vérité ils ne nous quittent jamais Merci Claude


Claudel [08/11/17 00:56]
Merci Tonin pour le compliment et ta visite


Claudel [08/11/17 00:55]
Merci Marcek pour ces confidences


Claudel [08/11/17 00:54]
Merci Violette pour la visite


Claudel [08/11/17 00:53]
Merci Colline pour ton commentaire


Tonindulot [07/11/17 12:20]
Une forte sublimation en ces lignes tracées..

Hommage sans bavardage...


Marcek [07/11/17 11:28]
La réalité se dérobe en effet en ces moments-là : j'e ne me souviens pas du moment où le cercueil de mon époux a été descendu dans la tombe : j'ai refusé et refuse encore cette image irréelle. La sidération nous protège d'une certaine manière.


Ancienmembre [07/11/17 09:21]
Désolée


Colline [07/11/17 08:00]
Belle confidence où la réalité se dérobe en vos vers, elle semble s’enraciner
dans la mémoire du passé. « Vivre, c’est s’obstiner à achever un souvenir » a dit un jour René Char...
J'ai beaucoup aimé.