Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Loren [06/06/21 21:48]
Poème émouvant, Dellydella. Nul doute que vous grandirez car les disparus nous habitent toujours. Le temps et l'espace n'altèrent pas les sentiments.


Angieriquedm8 [03/06/21 19:15]
Magnifiquement douloureux. Dellydello... Si vrai... votre dernier quatrain. Les gens qu'on aime et qui disparaissent restent en nous pour toujours, nous entendons toujours leurs voix, ils continuent à nous guider, à nous façonner, j'aime à croire également qu'ils nous protègent et nous observent, bienveillants.




Pia [02/06/21 18:38]
Un bien douloureux poème qui sera, j'en suis sûre, entendu dans les cieux...