Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Leonard [05/03/18 22:54]
...Pardon Colette, je voulais dire "une none sans bulle"...


Ancienmembre [01/03/18 16:00]
Un poème qui traduit bien le monde étrange des rêves où notre inconscient prend le dessus et nous parle un langage si bizzare! Bien vu!


Ombrefeuille [22/02/18 16:46]
C'est clair, il ne chômerait pas, l'ami Sigmund ! Merci pour ce trait d'humour, Banniange ... Et rassurez-vous, Leonard, je ne suis pas somnambule, ouf ! Bien observé, Claudel, ce duo forêt-ville, une constante chez moi. C'est vrai, Aurorefloreale, que la nuit et le rêve sont une puissante source d'inspiration et de poésie ... Merci à tous de votre lecture et de vos partages.


Banniange [21/02/18 19:56]
Ce brave Sigmund pourrait en dire des choses!
Le rêve a chez vous des métaphores ouvrageés et tant mieux pour le lecteur!


Claudel [20/02/18 23:57]
Un rêve paradoxal dans une forêt profonde où sommeille la ville.. merci pour ces jolis mots.


Leonard [20/02/18 22:16]
Merveilleux !

Mais...
J'ai craint que du fameux étage
il s'agisse bientôt de perdre un somnambule...


Aurorefloreale [20/02/18 18:56]
J'aimerais bien rêver ces moments là , quand la ville sommeille et que le poète s'épuise à s'inspirer de tout ce qui l'entoure dans la nuit étoilée de beautés!