Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Kerdrel [22/07/21 22:32]
Merci Colline de votre lecture, effectivement j'ai hésité longuement sur illustrer ou pas


Colline [22/07/21 18:00]
" La comédie humaine au sein de ce théâtre
Joue à guichets fermés et cela chaque soir
Les langues se délient dans le secret espoir
De pouvoir s'aboucher au lieu d'où l'on folâtre. "

Mon préféré et moi je n'aurais pas mis d'illustration...laissant à tout un chacun de deviner et d'imaginer à sa guise. Merci



Kerdrel [21/07/21 15:54]
Merci Loren de ta lecture et de ton vote,
même si le tableau m'a légèrement inspiré
j'aurai tout aussi pu ne pas l'illustrer pour laisser tout le mystère :)


Loren [21/07/21 15:03]
Beau poème, Kerdrel. J'avoue que je m'étais perdue dans d'autres sphères à ma première lecture. La peinture illustre bien votre poème. +V


Kerdrel [20/07/21 18:29]
Bonsoir Colette ravi que ce texte vous ait plu, tout l'art est de ne rien dire crûment , mais de suggérer seulement. car la limite avec la gauloiserie peut vite être franchie...


Kerdrel [20/07/21 18:20]
Merci Cardaline de votre lecture, je n'aurais pas pu dire mieux que ce que la bienséance autorise


Kerdrel [20/07/21 18:19]
Bonsoir Jim, merci de votre visite, pour sûr ce n'est pas triste, bien au contraire


Kerdrel [20/07/21 18:17]
Bonsoir Miss, j'ai hésité à l'illustrer mais comme je fais clairement allusion à ce tableau il eut été difficile d'y échapper :) merci de votre compliment


Mademoiselle [20/07/21 17:23]
j'aurais préféré une autre image mais les mots sont magnifiques .. tout dire et ne rien dire .. tout reposer ..


Ombrefeuille [20/07/21 15:59]
C'est Polichinelle qui est content du voyage !!!

Blague à part (je n'arrive pas à être sérieuse aujourd'hui), j'ai vraiment goûté deux choses : l'excellence de votre poème, où l'art de dire sans dire est manié avec une dextérité virtuose, et le tour de force qu'est l'écriture d'un texte plein de légèreté à partir d'une oeuvre picturale dont je me demande encore où est son intérêt ...

Et en plus, j'ai bien ri, entre Polichinelle, guest-star parfois (souvent ?) imprévue, le "lieu d'où l'on folâtre" et le "boudoir" philosophe ...mais pas seulement, car gourmand bien plus souvent !


Cardaline [20/07/21 15:15]
Tout y est : le regard, la braise, le rituel et la larme blanchâtre. Dénué d'érotisme ce poème est un bel hommage à la nature humaine mais surtout à l'Art par le choix des mots magnifiquement introduits.


Jim [20/07/21 14:36]
Quel bel hommage ! dénué de toute mélancolie.