Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Jim [22/08/21 07:20]
Tout le devenir humain est l'histoire de la détestation de ses origines, desquelles il s'emploie à se détacher, inventant soit une substance, soit une essence, autres. "Je" affirme n'être comme "tu", ni animal, ni humain comme le voisin. Souvent, ce n'est qu'un con tapageur sans envergure, d'autant plus dangereux qu'il a besoin d'être vu pour avoir le sentiment d'exister. Le néant génère des déchets.
Merci à tous et chacun de vos lectures et appréciations.


CinquiemeVallee [06/08/21 12:35]
Les remèdes en vers et contre un mal sévère sont dits ici en poésie...Un rebond un sursaut de rimes nous invite à belle résistance !


Marcek [03/08/21 10:08]
Dans ce monde bouleversé qui nous stresse et nous agresse, et dont tu nous décris si bien la détresse, restent pour nous réconforter les fleurs que nous faisons pousser, les chats qui savent nous aimer , l’espoir qui nous fait nous lever, vaillants petits soldats que nous sommes , résistant à une guerre immonde !


Colline [03/08/21 07:34]
Je découvre cette signature que j'aime beaucoup. Mon préféré :"Tout sera de silice,
Et bien lisse et bien beau ;
Et nous boirons, dans ce calice,
La beauté terne du barbeau.
Quel ennui ce délice."


Cardaline [02/08/21 13:17]
Sonnet pour ne pas dire sommet ? Oui, les humains détestent la nature opulente, ils la veulent bien polie.
Joliment écrit ce sommet, je vote.


Lastours [02/08/21 08:33]
Un sonnet pas très catholique, en forme de coup de gueule et qui nous remet les yeux en face des trous. J'ai beaucoup aimé: "Ce qui fait vivre aussi nous tue."


Juillet [01/08/21 10:05]
Je partage avec vous votre vers si vrai : ce qui fait vivre, nous tue

https://youtu.be/pXcfJ0HwH08
Lui a compris la vie. Ni salaire à attendre, ni charges à payer. On devrait faire autant. Vider les banques de notre argent qui sert à enrichir les riches et le vie sera féconde
Bravo !



Jim [01/08/21 07:51]
Mais si, mais si, Kerdrel, c'est un sonnet... un peu trafiqué, c'est tout !


Kerdrel [01/08/21 07:09]
pas facile à commenter car de sonnet il n'a que le nom, j'ai noté ce passage qui m'a plu en particulier :
"Tout sera de silice,
Et bien lisse et bien beau ;
Et nous boirons, dans ce calice,
La beauté terne du barbeau.
Quel ennui ce délice..."
quant aux escarres de Paulette
on ne dira mots :)