Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Eva Dam [21/08/18 11:02]
Des lueurs fabuleuses:
"Il n'est de joie
Qu'en interstice"...
Et la fin, se dessinant brumeuse sur ce fond de clarté :
"L'ombre d'un hêtre
Mal hérité
Qui penche et vêt
Nos autrefois..."
J'apprécie la diction solennelle de ces vers, au-delà de leur climat sombre.



Salus [18/08/18 21:53]

Salut, amie Marcek...


Marcek [17/08/18 23:31]
Ces quatre pieds sonnent haut et fort les trompettes du désenchantement...
Lucidité,
quand tu nous tiens !
Tiens, je parle aussi en quatre pieds !
Salut poète !