Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ombrefeuille [27/09/18 17:47]
Merci, Myosotis, pour ces mots si chaleureux. Le désert me fascine et m'inspire depuis si longtemps … Alors si j'ai pu en traduire la beauté intérieure, c'est tant mieux


Myosotis [26/09/18 20:01]
Du silence naît les plus belles musiques, du désert, les sources les plus pures.
Une atmosphère de recueillement et d'humilité que tu as très justement décrite. Bravo!



Ombrefeuille [18/09/18 18:12]
Merci, Ori ! C'est pile ce que j'ai tenté d'exprimer. Merci de l'avoir si bien perçu


Ori [17/09/18 19:30]
Les grands espaces infinis du désert nous renvoie à ceux de notre intériorité. Comme eux ils ne sont pas du vide, invisible à nos yeux on peut les percevoir autrement… L'air n'est pas une absence matière, juste il nous faut s'ouvrir à d'autres perceptions qui ouvrent aux chemins de l'âme.. Merci de donner corps à cela à travers ce poème.


Ombrefeuille [17/09/18 18:03]
Merci Aurore, merci Claudel :) Heureuse que ces déserts (extérieurs et intérieurs) vous aient portés


Aurorefloreale [17/09/18 08:17]
La voix de la prière dans la dune trouve sa voie éperdument , très joli ce poème


Claudel [16/09/18 22:54]
Très joli ce poème ; merci pour cette agréable lecture.


Ombrefeuille [16/09/18 18:51]
Merci à vous, Charazed et Matriochka, pour ce partage, entre mystère et mystique. Oui, c'est cela, le désert, me semble-t-il, comme un appel à ce que nous portons en nous de caché et d'élevé.


Charazed [16/09/18 18:41]
Que de mystères,ce désert!
Malgré sa dureté,on reste fasciner.
Beau poème,Ombrefeuille.



Ancienmembre [16/09/18 17:40]
Tes mots, chère Ombrefeuille, nous emmènent dans ces vastes étendues de silence où tout pas, toute minute qui passe est une nouvelle dune à franchir! Il y a une dimension mystique à ce poème!


Ombrefeuille [16/09/18 17:05]
Merci à chacun de vous pour son regard profond et médité sur mon désert qui est autant celui que nous portons en nous que celui qui étend ses dunes à l'infini sous le soleil implacable.


Ancienmembre [16/09/18 17:02]
Enfanter, engendrer...
On parle souvent de seconde naissance dans l'expérience du désert.
Très beau Ombrefeuille.


Marcek [16/09/18 16:45]
Une ampleur mystique à ce beau poème au balancement parfait !