Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ombrefeuille [07/06/19 18:20]
C'est vrai, Pascal, tu as raison ...

J'ai connu la galère du locataire payant chaque mois son loyer à un propriétaire indélicat (le plafond de ma SDB me tombait sur la tête et lui, il restait de marbre, m'accusant de ne pas aérer, moi qui vis dans les courants d'air !).

Et maintenant que je possède mon propre logement, je me pose des questions : la chance que j'ai eue, comment l'ouvrir à tant d'autres ?

On se sent petit, tout petit, devant ce vaste sujet du "mal-logement", entre les "marchands de sommeil" et ce drame des expulsions locatives ... Entre l'action ou l'inaction des autorités et la spéculation immobilière, par où commencer pour faire changer les choses ?

Merci à toi pour ta lecture et ton partage.



Piwi87 [07/06/19 17:49]
Un très bel écrit derrière un sujet qui est très compliqué !

En tant que propriétaire que devons nous faire devant de telles situations ? (je ne suis pas propriétaire mais je me pose la question de "Si je l'étais")

Car il y a des bons propriétaires avec des mauvais locataires !

Et des mauvais propriétaires avec des bons locataires !

Merci pour ce sujet très intéressant et écrit d'une très belle manière

Amitiés

Pascal





Ombrefeuille [13/04/19 17:25]
Merci à vous deux, CinqµV et Claudel, pour vos passage entre ces lignes. Je suis heureuse que mon petit texte interpelle les consciences ... On souhaiterait à la poésie des pouvoirs magiques, notamment celui de combattre efficacement la misère.


Claudel [12/04/19 16:46]
Bravo Ombrefeuille ! Superbe poème. +V


CinquiemeVallee [12/04/19 13:37]
Je me rêverais chanteur d'un si beau texte si j'en avais le don, mais je suis mieux à ma place près du radiateur des basses dans ma chorale ...qui ne chante pour que DAL...


Ombrefeuille [11/04/19 18:03]
Merci à vous, Matriochka et Lastours. Vos mots honorent mon texte qui voulait justement souligner ce douloureux contraste et secouer, si peu cela soit-il, notre léthargie, oublieux que nous sommes souvent de la détresse de ceux qui n'ont pas le loisir de goûter la beauté de chaque saison.


Ancienmembre [11/04/19 17:43]
Un titre qui ne laisse pas présumer du propos de ton poème, écrit avec un grand talent.
Oui, on se réjouit en général que ce soit le printemps... en oubliant que cette saison rime pour certains avec le risque de se retrouver à la rue, beaucoup de structures d'accueil d'urgence fermées à la fin de l'hiver, en plus!
Un poème qui a le don de le rappeler, d'appuyer là où ça fait mal, et très bien écrit. Poignant!


Lastours [11/04/19 08:12]
Mêler la joie du printemps et la tristesse des expulsions, voilà du grand art et il fallait le faire mais quand on connait l'auteure, cela n'a rien d'étonnant.


Ombrefeuille [10/04/19 18:37]
Merci à tous et à chacun d'avoir bien voulu partager un peu de cette réflexion au sujet des laissés-pour-compte de notre temps. Un drame qui n'est pas nouveau et que la spéculation immobilière, avec flambée des loyers à la clef, aggrave. Une réalité qui me rend insupportables les revendications de certains pour "plus de pouvoir d'achat", dans l'oubli total de ceux qui n'ont pas même le nécessaire.
Vaste débat ...



Machajol [10/04/19 13:55]
Merci de ce poème, Ombrefeuille qui malheureusement dit une vérité intolérable en France au XXIème siècle, dans un pays soi disant développé...


Feuilledor [10/04/19 11:27]
Mais douce France , tu dors ? Les pauvres du monde entier se tournent encore vers toi. Il faut voyager dans le monde pour s'apercevoir que nous avons une bonne réputation dans tous les pays . Pauvre France tu es malade


Ancienmembre [10/04/19 07:05]
le printemps n'est pas le même pour tous
et celui des poètes semble bien anodin auprès de celui des perdus
merci colombre


Martial [09/04/19 22:58]
Le choc ! La joie du printemps et l'errance. Vraiment un poème comme je les aime. Chapeau !



CinquiemeVallee [09/04/19 21:57]
Oui, c'est terriblement insupportable !