Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ombrefeuille [17/04/19 18:13]
Tout juste, Matriochka ! Mille mercis pour ce comm qui saisit le centre-même du sens que j'ai voulu donner à ma petite histoire. Et cette inconnue, demeurée inaccessible, est l'écho de l'âme du "collectionneur" d'aventures féminines qui s'interroge sur lui au soir de sa vie ...


Ancienmembre [17/04/19 14:50]
Eh bien, ma chère Ombrefeuille, pour une écriture "à contre-emploi", c'est plutôt réussi! Et même bien réussi!
Au fond, il est émouvant, ce collectionneur, car la seule femme qu'il n'a pu "avoir" est celle qui a ravi son coeur à tout jamais.


Ombrefeuille [16/04/19 16:50]
Merci, cher Lastours, pour ce comm enthousiaste ... et pour ce "nouveau" mot versé à mon vocabulaire :) "Esbarbaillé", je ne connaissais pas, ça sonne bien, c'est plein de soleil !
Je suis heureuse que mon texte t'ait plu, car écrire ainsi "à contre-emploi" est toujours un saut dans le vide. Je me suis fait plaisir, et c'est encore mieux quand le plaisir est partagé :)


Lastours [15/04/19 08:41]
Une écriture à contre-emploi peut-être mais, venant de toi, les mots sont toujours employés à bon escient et puis quelle virtuosité et quelle maitrise de la prosodie! Une fois de plus, j'en suis tout esbarbaillé (c'est du patois de ma province) et j'espère que ce ne sera pas la dernière fois.


Ombrefeuille [14/04/19 17:03]
Merci à tous et à chacun pour vos comms variés, parfois "décalés", donc au diapason de l'exercice auquel je me suis livrée avec plaisir :)

L'air de rien, j'ai glissé deux références bibliques (si, si !) dans ce portrait aux facettes multiples (portrait d'un homme "collectionneur" d'aventures féminines, portrait esquissé des femmes qu'il a aimées ou cru aimer, portrait de l'âme humaine à travers le regard de l'inaccessible) ... Ces deux références sont une phrase de l'Evangile (pardon, je n'ai pas les références en tête) : "La lampe du corps, c'est l'oeil" (d'où le regard de l'inconnue), et le nombre des femmes, dont six sont nommées et ont eu avec le narrateur une aventure charnelle, et dont une seule n'est pas nommée et n'a pas goûté avec lui les délices de l'alcôve, le chiffre sept, chiffre de la perfection terrestre, qui comprend "les six" du travail et "le septième" du repos divin.

C'est hyper-fouillé comme explication, mais j'ai aussi voulu cacher cela dans mon texte.


Oxalys [14/04/19 11:39]
"Une écriture à contre-emploi"

ou : comment liquider, quand on a dépassé l'âge, une collection dont on n'a plus l'usage !

Une façon originale et touchante à la fois d'aborder le thème de l'inventaire en fin de carrière... bravo Colette


Arcane [14/04/19 09:22]
Parmi ces femmes affriolantes
De séduction plurielle,
Poète tu ne parles pas de l'âme évidente
Des femmes que doué créateur tu aimes ?!?



Louis [14/04/19 08:50]
bravo
le corps féminin a de multiples attraits en d'infinies combinaisons


Claudel [14/04/19 03:38]
Bravo ! Merveilleux poèmes aux visages multiples avec une maîtrise d'écriture. Merci ! +V


Solem [13/04/19 18:58]
Il faut beaucoup de femmes pour réussir un homme - Daniel Pennac
Après, c'est la dose qui fait le poison...


Violette [13/04/19 18:54]
c'est magnifique et cela montre comment on peut communier avec l'autre, avec son être profond
tu nous donnes le visage féminin de l'homme
et quelle poésie
merci