Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Oxalys [10/03/20 10:10]
Merci Grimelle tour ce commentaire enthousiaste.
Moi non plus je n'aime pas le coca et n'en n'ai plus bu depuis... une éternité. Oh bien sûr j'en ai bu dans adoslescence pour faire comme les copains... Un jour je me suis rendu compte qu'en fait, cela avait un drôle de goût de médoc... j'ai arrêté net..

Concernant l'amour de la musique : c'est viscéral, je ne saurais pas vivre sans... et Beethoven est mon préféré, justement.


Grimelle [09/03/20 14:35]
Merci Oxalys d' avoir trinqué haut les vers et verres à mon poème je n' aime plus le coca. Je me sens accueillie avec verve sur ce beau site dédié à l' art.Bravo pour votre ode à la joie : La merveille de la musique est de n'être que mouvement, c' est comme l' eau que l'on regarde, tout n' y est que mouvement." Je retournerai vous lire car votre poème est fort bien tourné.


Oxalys [13/02/20 18:10]
Ombrefeuille, Domenica,
merci pour vos commentaires si chaleureux.

Beethoven était un génie, nul ne saurait prétendre le contraire. Or le génie et la folie étant souvent complémentaires, Ludwig avait fort mauvais caractère surtout, on le comprend, à partir de la seconde moitié de sa vie où la surdité ne faisait qu'empirer. Obsédé par le besoin de composer quand même, il travaillait jour et nuit, martelant son piano de plus en plus fort pour "sentir" au moins ses vibrations, au grand dam de ses voisins qui l'obligeaient à déménager souvent...
Quand on se rend à Vienne, on peut faire un parcours à travers la ville pour visiter les différentes demeures de ce génie.


Domenica [12/02/20 18:49]
ou " divine" surdité !
qui lui permit de trouver d'autres sons, d'autres accords, et de devenir le génie qu'il EST...

l'Epreuve dans toute sa splendeur ...

merci pour lui Oxalys


Ombrefeuille [12/02/20 18:30]
J'ai lu ce poème dans l'emportement de l'orchestre et mes premières émotions musicales classiques (j'étais en sixième, et Ludwig fut peut-être mon premier "amour").

Majestueux, tout simplement, en plein accord avec la célébrissime 9e Symphonie, et tragique, à l'instar de la surdité dont fut atteint ce génie.

Victor Hugo écrivit de lui :
"Ce sourd entendait l'infini".


Oxalys [11/02/20 18:02]
Simple échange de bons procédés, Claude : j'ai bien noté la recette de ton hamburger, et vais le cuisiner un de ces jours.



Oxalys [11/02/20 17:59]
Merci M'sieur Lili, avec moi en choeur :

"Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les coeurs !"



Oxalys [11/02/20 17:57]
D'accord, je reconnais avoir nettement exagéré en me prenant pour la muse de Beethoven. Mais j'avoue que cela m'aurait plu, surtout que vivre à Vienne, d'après ce qu'en disent ses habitants, c'est quasi le paradis.

Merci pour ta visite Lucienne


Claudel [11/02/20 14:04]
Merci beaucoup Oxalys pour l'information.


Lili [11/02/20 12:46]
Mots et musique s'accordent à la voix. C'est très joli. Ode et hommage réussis.
Merci bien M'dame


Arcane [11/02/20 10:24]
SScchhuutttt ! on écoute :)

J'adore la sonorité des notes,
Son air sublime de confession,
Je n'en donnerai pas la cote
de ce jeu en points de suspension...

Merci et bravo Catherine :)


Oxalys [11/02/20 10:08]
C'est mon préféré, loin devant les autres.
Ce n'est pas le premier poème que sa musique m'a inspiré. Par contre, c'est ma seconde schaltinienne. La première, je l'avait écrite sur une musique de Mozart, le second de mon hit-parade !


Définition de la schaltinienne :
- La schaltinienne est une forme fixe de poème, variante du sonnet, proposée par Raymond Schaltin vers 1955-1956. Ce poème comporte un quatrain embrassé, un tercet, un distique, un vers médaillé, le tout formant un dizain de Lochac – On double cette formule pour en faire une schaltinienne.
Le vers seul (médaillé) peut être un petit résumé de l’ensemble.
Le mètre est l'alexandrin. Son schéma est le suivant :

ABBA-CAC-DD -C - EFFE -GEG HH-G
Fmmf-mfm-ff-m
Ou bien l’inverse
Mffm fmf mm f

Merci Claude d'avoir pris le temps de lire et écouter cet hommage à un grand musicien.
Amicalement



Claudel [10/02/20 19:49]
Ode menée avec fougue et brio dans ce joli poème en hommage à un de mes compositeurs préférés (avec Mozart et Chopin) ; qu'est-ce qu'une Shaltinienne ? J'ai cherché, mais je n'ai rien trouvé... éclaire-moi ! Merci, Oxalys.