Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


AR_d_N [29/10/07 22:52]
...content aussi de te retrouver, Marie...


Madautie [29/10/07 22:43]
les cas ratés restent ...au pluriel bien sûr > ils ne sont jamais uniques !! :)


Madautie [29/10/07 22:33]
Pour faire sortir des carapaces, les cas ratés qui reste dans l'ombre...c'est un fort détournement de mots
J'aime aussi, retrouver ici la verve de ton talent à conter les tranches de vie :)
Merci Alain
Amicales pensées
Marie



AR_d_N [28/10/07 16:43]
...merci Boétiane...
...déjà une variante pour la première strophe:

Sur le port pétrolier désormais déserté
par les super-tankers repartis à la casse
dans les vieux entrepôts glauques etdélabrés
tels des opéras bouffis de toutes les misères
les jeunes rats caillent
en plein courant d'air
les jeunes rats passent
ou trépassent abrutis
s'ils ne rongent les mailles
de la nasse
policière souricière
Le vieil usurier reconverti
en passeur de clandestins
comptait et recomptait son butin
de la nuit


boetiane [28/10/07 16:08]
J’aime le défilé
nul doute désordonné
de ces jeunes rats d’opéra portuaire
nombreux et tout petits,
- goûteurs de métal
dont l’ombre géante
rivalise
avec le gros-oeuvre industriel

J’aime l’aube qui soudain rosit
et flambe sur la ferraille rouquine
là contre ces noirs et gris débris

J’aime ce coup de zoom “film noir”
avec en toile de fond
ton sur ton
la brutalité dans son élément
- osant chausser la rime

Boétiane