Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Jeannine B [11/06/21 17:31]
Très beau poème où l'on se laisse piéger par la belle nuée de mots !
Bravo et merci pour votre passage par chez moi !


Ann [09/06/21 21:36]
Chère Ombrefeuille, vous fuyiez l'au-delà de l'Alexandrin, là où vos soeurs se ravissent de la longueur si bellement tournée ?
J'avoue que je n'avais pas compté les pieds :)


Tigrou [09/06/21 16:26]
Courage, fuyons ...vers des nuées ré-jouissantes !
Merci Feuilleombrée.


Ombrefeuille [09/06/21 16:05]
Alors là, bravo ! Je fuis ordinairement les vers "trop" longs (ceux qui excèdent l'alexandrin), mais je me suis laissée captiver par cette écriture aux ricochets pleins de sens et au souffle onirique qui révèle les recoins de l'âme.

J'adore la photo, où l'oeil de l'artiste a su saluer pile au bon moment et sous le bon angle la maîtresse absolue en art qu'est la Nature.


Tigrou [09/06/21 15:13]
Oh les filles, vous me ravissez !
Au 7ème Ciel, je suis ...auprès de muses des plus accortes.
Au paradis des orages truculents !


Loren [09/06/21 13:57]
Belle écriture, Tigrou dans un style différent. Observer le ciel réserve bien des surprises.


Ann [09/06/21 10:48]
J’ai souvent la tête dans les nuages pour y parler avec des animaux éphémères. Je m’aperçois qu’il y a des gaillards qui ne se contentent pas d’y déposer leur visage... ils y ajoutent leur cœur et plus


Colline [09/06/21 08:14]
" Mon corps boursoufflé d'un cœur trop bouillonnant
S'égare au firmament qu'évente un plumeau invariant "

Mes vers préférés...juste sublime avec cette belle signature très créatrice


Tigrou [08/06/21 21:52]
Merci Angie.
Le ciel, pourvu qu'il ne soit uniformément bleu, offre à celui qui prend le temps, un art qui n'est pas pompier ...quoique ;-)




Angieriquedm8 [07/06/21 21:32]
Très belle ode Tigrou,
qui OSE la délivrance des mots et chavire les nuages du coeur...
"Le magicien d'OZ" a son pays caché dans les cieux peut-être ?... Un côté surréaliste autant par les images des mots que par cette paréidolie complexe qui ouvrent le champ à l'imagination... Chevelure et grand écart... Ballet imaginaire... ?? Tout est possible. J'aime le dernier quatrain "la musique" de la fièvre du ciel... Bravo