Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Jim [25/08/21 12:06]
Claudel, Ombrefeuille, Colline, une pulsation brève dans l'immensité de l'univers éternel, voici ce que danse le phalène dans son éblouissante nuit !


Colline [24/08/21 07:20]
L'instant éphémère si bien conté. Merci


Ombrefeuille [23/08/21 18:10]
Il me plaît que l'éternité ne dure qu'un instant et que l'infini soit enclos dans un souffle éphémère ...

Figures de fragilité s'il en est, que ces papillons, et images de notre finitude ...


Claudel [21/08/21 14:05]
Profondeur poétique ! J'aime. Bien écrit... +V


Jim [20/08/21 02:04]
Pour mon papillon, Kerdrel, son temps de vie est si bref qu'il n'a même pas de tube digestif, juste de quoi se reproduire.... quant aux rites de séduction, j'ignore combien de secondes il consacre aux préliminaires ? Toutefois, son ego démesuré l'incite à se voir source et but d'un univers dont il ne connait que la nuit, et encore...! Il doit posséder plein de prénoms flatteurs...

Je doute, Lau, qu'il ait le temps de goûter à cet auto-érotisme qui dialectise fin et régénérescence. M'enfin, avec le transversiculaire, on peut cauchemarder !


Kerdrel [19/08/21 23:37]
la mémoire je savais pour un poisson qu'elle n'excède pas 20 secondes pour un papillon en revanche aucune idée...
excellent ce palindrome que je découvre en exergue, belle composition


Lau [19/08/21 18:34]


Je pensais à l'ourobouros
En lisant ton poème ;
Vrai que ça finit en bout rosse,
Comment dis-tu déjà,
Golem ?