Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ombrefeuille [15/02/24 18:46]
Grand merci à toi, ami 5V, pour ta lecture qui m'honore puisqu'elle t'a amené à penser à Nino Ferrer ...


CinquiemeVallee [13/02/24 19:49]
"Soyez lents ..."

J'ai aimé !

En deuxième lecture, j'ai dû chasser un souvenir de Nino Ferrer..."On dirait le Sud..."


Ombrefeuille [11/02/24 17:09]
Merci pour vos réflexions et observations dont chacune a su saisir un aspect, voire plusieurs, de mon texte.

J'ai en effet tenté de traiter avec un peu de féerie le thème "brûlant" (c'est bien le mot ici !) des dérèglements climatiques. J'habite aujourd'hui à moins de trente kilomètres du coin de campane où j'ai grandi, et force m'est de constater ceci, que les neiges où j'ai tant joué jadis ne sont pus qu'un souvenir doux-amer ...

Les sécheresses se succédant depuis quelques années ont présidé à l'esprit de la première strophe, puis j'ai voulu brosser le tableau de ce qui semble un refuge de plus en plus fragile : les contrées encore froides.

L'écrivain voyageur Sylvain Tesson a dit, en partant voici une dizaine d'années pour un séjour au bord du lac Baïkal : "Je vais chercher là-bas les trois trésors de plus en plus rares que sont le froid, la solitude et le silence".



Loren [11/02/24 15:03]
C'est si beau, Ombrefeuille. Quelle magie de vous lire et rêvons avec vous. +V


Oxalys [08/02/24 17:20]
Un conseil, Ombrefeuille, si tu permets :
Au train où va le réchauffement, le nord n'étant pas épargné, il vaudrait mieux se dépêcher pour profiter d'un peu de fraîcheur.
Et de rejoindre le commentaire de Cardaline avec une précision :
Dans la Baltique on peut dorénavant se baigner, exactement comme on se baignait sur les côtes bretonnes à la fin du siècle dernier.
A ce train-là, la "banquise éternelle" ne sera plus qu'un souvenir digne d'être mis en poème...


Cardaline [08/02/24 11:21]
Je pense que ce poème est un conte et qu'il faut le lire tel quel. Ainsi il est très beau. Mais il semble s'y mêler un effet du changement climatique ... à rebours puisque l'Antarctique se réchauffe beaucoup plus vite que l'équateur, heureusement encore stable. Mais sans doute vois-je quelque chose qui ne s'y trouve pas. De toutes façons, il y a encore de la marge avant que l'on puisse se baigner dans la mer Baltique ; par contre on peut déjà s'y bronzer.


Arielle [08/02/24 10:33]
Le rythme de l'heptasyllabe s'accorde merveilleusement à cette marche vers le nord qui nous paraît inévitable. Le sud dévoré par la soif que vous évoquez de manière magistrale dans la première strophe semble ne pas nous laisser d'autre choix que celui de trouver la clef des neiges. On aimerait tant que le conte nous mène sur vos traces jusqu'à ce Père Noël qui détient les armes contre le dragon ! Je crois qu'il n'y a plus de temps à perdre pour prendre son rêve à l'épaule. Merci pour cette belle histoire !


Louis [07/02/24 19:43]
oui, superbe , une vue sur le nord pleine de poésie , la gloire du Père Noël
bravo


Maleras [07/02/24 18:09]
Bonjour,
j'ai beaucoup aimé. Merci pour le partage.