Vous devez être INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Violette [29/03/21 12:02]
j'avais loué en 77 une grange devenue maison appartenant à l'ingénieur Elwell,un des inventeurs du moteur Diesel, sa compagne était professeur à Bordeaux .
Dans la cave j'ai découvert les lais de Marie de France dévorés par les souris liseuses de bonne aventure .


Violette [29/03/21 11:56]
https://www.youtube.com/watch?v=e2uDdwUQLqU


Feuilledor [14/09/20 10:39]
très belle histoire et belle écriture


Oxalys [10/09/20 11:37]
Merci à vous Jim et Salus d'enrichir notre bibliothèque avec ce trésor de la poésie du Haut Moyen-Âge.
Un régal de lecture, aussi bien en français qu'en françois.


Jim [08/09/20 12:25]
Tout à fait Salus, des octo qui chantent bien. Ta trado diffère fort peu de celle du LdP. On peut regretter que les traducteurs ne cherchent pas à restituer la musique, leur préférant l'exactitude sémantique, bien que... En effet, il ne serait pas difficile de conserver l'octo, en sacrifiant la rime (qui l'est déjà), pour restituer la musique tout en autorisant une compréhension aisée (je sais, tout est relatif...); je reste étonné de cette ignorance de ou insensibilité à la musique laquelle, en poésie, demeure l'essentiel. Les professionnels voient un texte avec l'oeil d'un professeur (qu'ils sont souvent) comme une simple dissertation dont la seule signification importe... Ils oublient que la poésie s'appuie sur un rythme qui permet d'entrer dans une transe (la danse) qui ouvre une autre porte que la seule raison analytique, et c'est là toute la puissance et tout le charme (philtre) de la poésie. Bref, un poème n'est pas un rapport de fin d'année ! Exemple :
"Assez me plait et bien le veux
Du lai qu'on nomme chèvrefeuille
Que vérité vous soit contée,
Comment fut fait, et d'où qu'il vint.
Plusieurs me l'ont conté et dit
Et l'ai trouvé dans un écrit
Et de Tristan et de la reine
De leur amour qui tant fut grand
Duquel ils eurent grand douleur
Puis en moururent même jour." Etc.

Merci de ton oeil d'aigle.



Salus [06/09/20 19:41]
La collection "Lettres Gothiques" au Livre de Poche, nous offre, à côté de sa traduction, la musique originale des textes dont l'ancien français nous est obscur ; lisez avec attention, ce sont des octosyllabes, le rythme vous donnera souvent des indications sur la prononciation, (le "u", comme en latin, se prononce presque toujours "ou") et avec le texte moderne, vous trouverez moult mots dont la racine vous apparaîtra, ou qui vous "parleront", même si ce texte ci-dessous est moins précis que celui du "livre de poche", Marie de France, au XII ème siècle, chantait sensiblement ceci :

LAI DU CHEVREFOIL.


----


Assez me plest è bien le voil,
Del’ Lai qu’hum nume Chevrefoil
Que la vérité vus en cunt
Purquoi fut fez, de quei è dunt,
Plusurs le m’unt cunté è dit,
E jeo l’ai trové en escrit.
De Tristam è de la Reïne,
De lur amur qui tant fu fine,
Dunt il éurent mainte dolur,
E puis mururent en un jur.

Li Reis Markes esteit curucié
Vers Tristam sun nevuz irié ;
De sa tère le cungéa,
Pur la Reïne qu’il ama.
En sa Cuntrée en est alez,
En Suht-wales ù il fu nez ;
Un an demurat tut entier,
Ne pot arière repeirier,
Mès puis se mist en abandun,
De mort è de destructiun.
Ne vus esmerveilliez néent,
Kar ki eime mut léalment
Mut est dolenz è trèspensez,
Quant il n’en ad ses volentez.
Tristam est dolent è trespensis,
Por ceo s’en vet de sun païs :
En Cornuwaille vait tut dreit,
La ù la Reïne maneit ;
En la forest tut sul se mist,
Ne voleit pas que hum le vist.
En la vesprée s’en eisseit,

Quant tens de herberger esteit,
Od païsans, od povre gent,
Preneit la nuit herbergement :
Les noveles lur enquereit,
Del’ Rei cum il se cunteneit ;
Ceo li dient qu’il unt oï
Que li Barun èrent bani.
A Tintagel deivent venir,
Li Reis i veolt sa Curt tenir,
A Pentecuste i serunt tuit,
Mut i avera joie è déduit.
E la Reïne i sera ;
Tristam l’oï, mut se haita,
Ele ne porrat mie aler
K’il ne la veie trespasser.
Le jur que li Rei fu méuz,
E Tristam est al bois venuz,
Sur le chemin que il saveit
Que la Reine passer deveit,
Une codre trencha parmi,
Tute quarreïe l’a fendi
Quant il ad paré le bastun,
De sun cutel escrit sun nun,
De la Reine s’aparceit,
Qui mut grant garde empreneit ;
Autre-feiz li fu avenu,
Que si l’aveit aparcéu,
De sun Ami bien conustra,

Le bastun quant ele le vera.
Ceo fu la summe de l’escrit
Que il l’aveit mandé è dit,
Que lunges ot ilec esté
E atendu è surjurné,
Por atendre è por saver,
Coment il l’a péust véer ;
Kar ne pot nent vivre sanz li,
D’euls deus fu-il tut autresi,
Cume del’ Chevrefoil esteit,
Ki à la codre se preneit.
Quant il est si laciez è pris ;
E tut entur le fust s’est mis,
Ensemble poient bien durer
Mès ki puis les volt désevrer,
Li codres muert hastivement,
E Chevrefoil ensemblement ;
Bele amie si est de nus
Ne vus sanz mei, ne mei sanz vus.
La Reïne vait chevachant,
Ele esgardat tut un pendant,
Le bastun vit bien l’aperceut,
Tutes les lettres i conut.
Les Chevaliers qui la menoent,
Qui ensamble od li erroent
Si cumanda tuz arester,
Descendre vot è reposer.
Cil unt fait sun comandement,

Ele s’en vait luinz de sa gent :
Sa Meschine apelat à sei,
Brenguein qui fu de bone fei.
Del’ chemin un poi s’esluina,
Dedenz le bois celui trova,
Qui plus l’amot que rien vivant ;
Entre eus meinent joïe grant
A lui parlat tut à leisir,
E ele li dit sun pleisir.
Puis li mustra cum faitement,
Del Rei aurat acordement.
E que mut li aveit pesé
De céo qu’il ot sun cungié :
Par encusement l’aveit fait,
A-tant s’en part sun Ami lait.
Mès quant ceo vient al désevrer,
Dunc comencent-ils à plurer.
Tristam à Wales s’en r’alla
Tant que sis Uncles le manda.
Por la joie que il ot éue
De s’Amie qu’il ot véue,
E por ceo qu’il aveit escrit
Si cum la Reïne l’ot dit,

Por les paroles remembrer
Tristam ki bien saveit harper,
En aveit feit un nuvel Lai
Asez brèvement le numerai.
Gotelef l’apelent en Engleis,
Chevrefoil le nument en Franceis ;
Dit vus en ai la vérité
Del’ Lai que j’ai ici cunté.