Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Eric [26/01/21 22:09]
Ce poème constitué de 48 sizains à vers courts (quatre heptasyllabes et deux trisyllabes) est pour moi le chef-d'oeuvre de la poésie française. Ce poème méconnu de Victor Hugo figure dans "La Fin de Satan", poème épique et religieux inachevé qui parut de manière posthume en 1886. Je pense que si ce joyau figurait dans un des recueils achevés et parus du vivant de Victor Hugo, il serait aussi célèbre que "Le Dormeur du val" d'Arthur Rimbaud, par exemple.

Si vous avez lu en anglais ces deux merveilles de poésie aérienne signées Percy Bysshe Shelley (1792-1822) que sont "To a Skylark" et "The Cloud", peut-être estimerez-vous comme moi que Victor Hugo les a surpassées avec sa "Chanson des oiseaux". J'imagine que très peu d'anglo-saxons connaissent ce poème. Ces happy few ont certainement été stupéfaits de constater que Hugo a battu Shelley sur son propre terrain.