Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Jeannine B [02/03/13 19:18]
Je suis passée par là ! et ... j'aime !!!!
Bisous


Chafia [28/02/13 22:34]
Enfin une personne qui sait sa valeur. Si j'ai bien compris dans ton jeu de jouets,tu n'es qu'un petit instrument entre les mains d'un plus puissant que toi. Ne touche pas à l'âme ta science n'apportera que l'ignorance. Au portillon de la mort là tu le saura...


Ann [28/02/13 17:05]
Bonjour Ampelopsis,
Je comprend que tu soies dérouté. Ce texte est né d'une part d'un dessin que ma fille m'a soumis pour un projet sans rapport. Je vais le poster dans les prochains jours... En voyant ce bilboquet, j'ai imaginé Dieu comme un enfant capricieux s'ennuyant devant son coffre à jouet; la vie ne tient à rien. A cette époque, nous discutions avec mon compagnon poète de non sentiments, quel organisme vivant peut-il être impassible et est-ce enviable car sans souffrance, l'état de l'humain. De cette dicussion de nonsense ( Alice aux pays des Merveilles est une bonne illustration) sur fond de bilboquet est né mon texte. C'est un fiasco car la paramécie, la cellule la plus simple dans l'échelle du vivant ressent au final de la compassion pour l'homme qui souffre dans sa chair et son âme. Mais c'est une fiction et franchement je préfère entretenir une conversation avec toi qu'avec une cellule sans consistance même détentrice de toute vie.