Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Ann [15/02/11 09:53]
de la colère quand j'ai écrit ce texte. Je ferais sans doute plus de concession aujourd'hui l'amour aidant mais ça reste tout de même un avertissement


Spock27 [15/02/11 09:33]
"Pour mieux résister à tes assauts
Je me ferai souple roseau
Aie l’audace d’affronter l’ortie"

tu fais appel au royaume des plantes pour narrer cette intrigue amoureuse; c'est original

avec comment une certaine moquerie (gentille d'ailleurs) pour la première strophe !

peut-être qu'on sent un peu un sentiment de vengeance par la suite, non ? je me trompe peut-être. tu n'as pas conçu ton "personnage" comme cela :-)

alain


Ann [08/01/11 20:18]
élégamment je ne sais pas mais clairement c'est sûr !


Maya [08/01/11 12:00]
Ce qui se concois bien s'énnonce clairement!
Voici chose faite et de bien élégante manière!



Ann [13/11/10 17:30]
et Vlan passe-moi l'éponge ! Une petite mise au point ça remets les pendules à l'heure. Une fois tous les trente ans, c'est une bonne moyenne non ? Terrain conquis, est-ce que j'ai une tête de terrain conquis ?


Ange [13/11/10 16:47]
C la crise ?! ;o)) et vlan comme dit Louis !


Ann [13/11/10 13:49]
je n'avais pas fait le rapprochement. Merci Louis de citer Antigone une femme comme je les aime.

Redouane la fleur d'oranger je l'utilise pour les gâteaux, dans le café j'ignorais....
et sur la tête le jour du mariage traditionnellement mais j'avais opté pour une rose c'est tellement plus piquant


Louis [13/11/10 12:26]
"Vois à sa proie étouffée le lierre enlacé là-bas
Il emprisonne dans ses lianes
Un moribond sans sève qui se fane
.......
Mais Jamais Tu ne m’imposeras ton injuste Loi"
des paroles définitives
un air de quelques mots d'un coin de la machine:
Sophocle, traduc. M. Yourcenar
Antigone au roi Créon :
' Cette loi alléguée
par toi, les dieux là-haut ne l’ont point promulguée,
ni la Justice au cœur serein, ni la Nuit
et les puissants dieux des morts. Et je ne puis pas croire
qu’ un mortel comme toi vaille d’être écouté,
quand il oppose sa faible volonté aux lois de l’éternité.'
et vlan