Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Louis [29/11/18 16:45]
merci Matriochka de retrouver cet orage ancien


Matriochka [28/11/18 15:58]
Cet orage a quelque chose d'angoissant, comme une atmosphère de fin du monde! Très bien traduit en seulement quelques vers, bravo!


Louis [22/04/18 10:36]
merci Maie c'est gentil
oui, Varech "combat imbécile" , impéritie et cupidité


Ancienmembre [22/04/18 07:04]
merci Louis, c'est beau.


Varech [03/08/16 17:39]
Merci Louis, d'illustrer notre monde et notre combat imbécile contre la nature.


Louis [29/07/16 14:57]
merci pour ces gentils mots , Violette, Colline, Polymnie2, Ma douce
l'humilité devant la nature et la méconnaissance (plus ou moins volontaire) de phénomènes mal connus : séismes, inondations (et constructions dans des vallons ou lits d'anciennes rivières), tempêtes ……
aussi , inquiétude , effroi lorsque cel se produit

une image danl le nord du morvan il y a quelques jours


Ma douce [29/07/16 11:28]
Un peu triste, mais très joli...


Polymnie2 [28/07/16 22:51]
"La nature nous serait-elle
Un monde insaisissable" ?
Faut-il croire que nous n'avons pas su la saisir?

Et oui Louis, la nature nous raconte ce que nous lui avons réservé! Un pauvre regard par rapport à la facilité du siècle!

Remettons nous en cause jour après jour devant les résultats programmés depuis les années soixante huit!

Qui vit aujourd'hui comme avant? Qui dit merci à la vie tout en se privant du soit disant essentiel d'aujourd'hui?

Devons nous en convenir que nous revivrons les années de nos pères!

Merci pour la réelle image de ton poème
qui fonce vers un avenir pour revivre le douloureux!

Amitiés, Polymnie2, ce 28 juillet 2016




Colline [28/07/16 17:34]
".Les arbres vrombissent, s'agitent.."

Ce simple vers est une pure merveille de parl'inquiétude qu'il véhicule...

Une réflexion sur notre condition, à travers les mois, d'une profondeur poétique indéniable...
Un grand bravo Louis



Ancienmembre [28/07/16 14:41]
votre poème rend bien cette atmosphère angoissante
merci Louis