Vous devez ĂȘtre INSCRIT et CONNECTE pour laisser un commentaire

LES COMMENTAIRES RECUS:


Rickways [04/01/15 21:34]
Merci Mijo pour ton commentaire.
Comme je le disais je ne parlais pas directement de mon prénom, j'imaginais un prénom qui pouvait ne pas plaire à son porteur, par le chemin de sa génèse et le lien à son enfance... loin d'être mon cas.


Mijo [04/01/15 21:24]
C'est le prénom de l' ami d'enfance de mon fils ainé, il m'est familier car ils sont souvent ensemble - j'aime bien moi !


lydia [12/04/05 11:54]
joli poème pleins de sens....bravo et n'oublie pas c'est notre seule liberté écrire ecrire
amitié
lydia


Franny [06/04/05 20:19]
Un gant de fer ou un gant de velours ?


Alby [03/04/05 21:46]
J'aime beaucoup les deux derniers vers.... c'est Eric qui se fait velours
Amitiés
Alby


anita [03/04/05 15:35]
oui Eric est un beau prénom j'ai un faible pour les prénoms masculins courts marc guy jean ,-)


Epervier [02/04/05 15:35]
On ne choisit pas son prénom. IL nous est imposé mais il faut garder le bon côté des choses.


YonL [02/04/05 10:56]
Bah vrai qu'Eric ça écorche un peu à prononcer mais bon on choisit pas, vrai aussi qu'un prénom comme Gwendoline ou Alice glissent beaucoup mieux, mais bon tu veux qu'on t'appelle comment?


Rickways [02/04/05 02:37]
Ben en fait j'ai écrit ce poème sur une idée, je travaille rarement avec la réalité, juste une inspiration perso sur le moment. Les prénoms c'est toute une histoire, tout un choix, une obligation aussi... j'avais envie, j'ai écrit... mais rien empêche que j'adore mon prénom !


Franny [01/04/05 20:11]
Eric, c'est aussi le prénom d'un de mes fils, donc par principe c'est bien , un peu dur peut-être à l'oreille et Azerty, tu aurais aimé ?

Un jour naquît soudain
La veille du lendemain
Un tout petit petit
Petit être démuni

On l’avait nommé
Le poète Azerty
Car de l’alphabet
L’aurore l’avait nanti

Il avait dans le cœur
Le parfum du bonheur
Il avait dans les yeux
Des rêves prétentieux
Il avait dans les mains
La joie de son destin

Il chantait aux anges
Des hymnes de louange
Il offrait aux Dieux
Des grelots silencieux
Il avait pas compris
Ce tout petit petit
Qu’il était en enfer
Et qu’il creusait la terre

Il avait pas compris
Ce poète Azerty
Que la peur grondait
Sournoise et décidée

Il avait oublié
Ce tout petit petit
Ce poète Azerty
Qu’il avait un jour
Dans un élan d’amour
Su réveiller la vie
Avec sa poésie

C'était un 22 mars, en l'an 2001


Marcek [01/04/05 00:47]
Mais c'est beau, Eric, c'est altier et chevaleresque: non ne regrette rien, ce prénom te va comme un gant!