Dis-moi, grand et bel arbre ...

Dis-moi, grand et bel arbre, où ton ombre se couche
Quand le vent l'ébouriffe en longs après-midis
De silence alangui, quand le soleil la touche
Et quand l'herbe frissonne aux chemins assoupis.

Es-tu de ce jardin l'hôte et la sentinelle
Et des fleurs répandues l'auguste protecteur ?
Entends-tu, quand sur toi le ciel ouvre son aile,
Monter de ces étés l'ondoyante senteur ?

Dis-moi, grand et bel arbre, où la saison qui passe
Se retire, fanée, quand s'achève son temps,
Et quel charme saisit la branche soudain lasse,
Aux brumes délavées des jours évanescents.

Es-tu de ce jardin la fraîcheur immobile
Et de ce banc vieilli le contour esquissé ?
Entends-tu, quand sur toi glisse l'heure fragile,
S'envoler lentement le lointain effacé ?

Dis-moi, grand et bel arbre, où sommeille ta sève
Et pour quelles contrées nous quittent les oiseaux ...
Les gouffres, les sous-bois ont emporté le rêve
Aux légendes perdues, aux cailloux des ruisseaux.

Es-tu de ce jardin le souffle immarcescible
Et des feuilles tombées l'ultime confident ?
Entends-tu, quand sur toi se fait la nuit paisible,
Monter cette torpeur où l'espace s'étend ?...





Ecrit par Ombrefeuille
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net