Intransigeante vérité

Intransigeanté vérité

Qu’elle feigne d’être amoureuse
Nos gestes n’en prendront jamais ombrage
Nous ferons simplement un feu de ses chansons
Quand nous serons lassés
D’avoir trop souvent confronté nos coeurs
A son image et nos regards
Aux horizons promis par son éclat
Nous arbres accablés de feuilles et Elle
La rivière éprise de nos jeux d’enfants gâtés !
(Des ailettes de bois moulinaient la lumière
Dans le silence ancien qui enveloppait nos étés)
Qu’il fasse un peu froid désormais
Ne sera pas pour nous déplaire
Même le jour où la forge d’éclairs
Sera fermée ainsi que nuit jalouse de ses fleurs
Nous sommes d’une race à brûler nos vaisseaux
Sans larmes ni regrets nous qui nés de la terre
N’avions que le désir de voir et de sentir
Et le seul don d’aménager notre misère
Sans illusions quant aux promesses du chaos
Argenté – cet ossuaire à venir




Avec mon salut à tous ceux pour qui ces vers évoquent quelque chose...

Ecrit par Lasource
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net