Enfin !

Grand Dieu ! Il était temps !
Je n'attendais que ce moment !
Que tu franchisses la porte en courant !

Ne te retourne pas.
File donc tout droit.

Je t'en prie, laisse la grande ouverte.
Laisse entrer les parfums et le vent de la découverte.
J'ai tellement besoin d'air.

Adieu ma geôlière.





Ecrit par Rousselot
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net