Les trois amants

J'ai eu trois amants,
Successivement.
L'un aimait le vent d'autan,
L'autre les chevaux pur-sang,
Le dernier, le bleu de l'océan,
Passionnément.

Le vent d'autan,
Intensément,
Soufflait dans un autre temps,
Celui de mes vingt ans.
Je le trouvais charmant,
Chatoyant.

Il apprivoisa mon corps,
Doucement,
Profita de ses accords,
De ses trésors,
Et le mit à mort,
Lamentablement.

L'éleveur de chevaux pur-sang,
Agréablement,
Je le rencontrais dans les champs,
Ceux de mes trente ans.
Il était père de trois enfants,
Envahissants.

Nous faisions l'amour dans le foin,
Elegamment,
Batifolions dans les chemins,
L'herbe tendre, le romarin,
Respirions tous les parfums,
Goulûment.

Quant au bleu de l'océan,
Etonnamment,
Je le voyais, à n'importe quel moment,
Dans les yeux de mon nouvel amant,
Celui de mes quarante ans,
Eblouissants.

Nous nous caressions sur la plage,
Voluptueusement,
Dans les dunes, au bord du rivage.
Nos corps n'étaient pas très sages.
Il fallut, cependant, tourner la page,
Douloureusement.

J'ai eu trois amants,
Successivement.
L'un aimait le vent d'autan,
L'autre les chevaux pur-sang,
Le dernier, le bleu de l'océan,
Passionnément.






Ecrit par Automnale
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net