Récital d’amour

Ludwig, tu n’as rien d’un Mozart,
Mais ton cœur aimant dans ton art
Est triste comme un clair de lune.

Ce fabuleux Chopin courtise
Son piano telle une marquise
Polonaise au teint d'une brune.

Schubert, l’ironie d’une truite
Taquine ton cœur, une fuite
Impromptue et inachevée.

Schumann, par tes longs doigts crochus
Et tes lieds aux amours déchus,
L’âme de Clara s’est levée.

♫ Ah ! Berlioz ♫ chante une diva
Et par ce chant d’amour, naîtra
La fantastique symphonie.

Wagner, tu n’as rien d’un Verdi,
Sauf que tes opéras, pardi,
Sont d’une hardie Valkyrie.




Tous droits réservés © Claude Lachapelle / novembre 2018


Ecrit par Claudel
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net