Cette larme qui fait ma joie


Comme un tout jeune adolescent
Recouvrant son triste lino,
Dans notre vieil appartement
J’étale toutes nos photos.

Reclus dans des relents d’ailleurs
Je plonge dans ce temps figé
De nos instants de grand bonheur
Aux tons vermeils, doux et sucrés.

Et doucement je m’y enfonce,
Verrouillant longuement mes yeux
Sur cet amour sans une ronce
Que je croyais fort, même mieux.

Mais lorsque j’émerge, abîmé,
C’est mon cœur en lambeaux qui bouge
Sur ces clichés éclaboussés
De soubresauts amers et rouges.

Alors un à un je ramasse
Notre passé d’un geste adroit,
Dans l’angoisse qui me dépasse
D’une larme qui fait ma joie.





Ecrit par Fregat
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net