Astéroïdes

Etranges, bosselés, de roches, de métaux,
De glaces, crevassés, par centaines de mille,
Telles des légions d’avortons ancestraux
Nés pour désenchanter l’azur de toute idylle,

Ils gravitent sans bruit, sans âme et sans éclat,
Tout autour du Soleil depuis les origines,
L’air de n’avoir connu que le sort vil et plat
Des rebuts éternels dévoués aux latrines.

Eux, qu’on sait à présent nœuds de tant de destin !
Eux, dont on sait qu’un seul de leurs froids émissaires
Peut à jamais changer, ou détruire soudain,
De toute humanité les remparts planétaires !

Eux, dont l’étude livre à l’œil fier des savants
Des nombres étonnants, des énigmes brûlantes,
Et creuse le mystère aux échos captivants
De l’essor du vivant, des étoiles filantes !

Eux, qui demain, seront le trésor sans pareil
De l’homme en son périple écrit par les étoiles
A travers le cosmos vers un nouveau soleil,
En lui donnant son bois, et le vent dans ses voiles !





Ecrit par Amozegh
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net