Arborescence



L'auréole des feuilles bruissait sous la brise. 1
Une verte frondaison recueillait l’ondée
Sur un fond azuréen magnifié qui grise.
Tandis que les oiseaux s'ébrouaient débridés

Conquérants épanouis et audacieux
Pointant leur ombrage en forme de parasols,
Etirant gaillardement leurs membres noueux,
vous enlacez en un spasme inerte, le sol ,

Cathédrale d'exhaustifs recueillements,
Exaltation des quatre saisons sanctifiées,
Dômes merveilleux, pastels iridescents
d'un peintre éperdument épris de la feuillée


O vous ! nos compagnons muets et bucoliques  !
Rendons grâce à votre poésie à nous dispensée,
A l' immanence d'une création magique
Au feutré silence complice de ma pensée.

Baignée par votre faste régénéréscence
Ma promenade, solitaire à pas mesurés
En cette Matinée de convalescence
Je vous ai adoré mes arbres préférés.


en souvenir de mes promenades dans le parc , lors de l'implation d'une prothèse de la hanche

Ecrit par Arcane
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net