Sonnet pour un bouquet

Roses d'un jour dans la lumière blanche et diaphane
La vibration de votre émoi offre au regard
La porcelaine immaculée et sans égard
Pour notre pauvre humilité d'être profane.

Tendre baiser de vos corolles, la cellophane
De votre humeur ne masque pas le rêve hagard
Du lendemain désenchanté, coup de poignard
Au cœur frappé tu dépéris et tu te fanes.

Mais à l'instant en votre robe un beau velours
Nous ensorcelle et livre au ciel désir d'amour
Et votre appel lui nous enivre tel un nectar.

Rouges et roses tendres couleurs le doux feston
De vos lèvres tendues vers nous donne le ton
Et nous rêvons comme des fous à votre gloire.




Ecrit par Saintes
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net