La gitane aux cheveux rouges

Sens tu là-bas

Cette terre qui s'agrippe à ton cœur ardent
Noire insondable dans ses profondeurs
Et ocre dans tes yeux émerveillés
C'est le sucre d'orge qui coule
Dans la gorge d'un orphelin en carence d'amour
Qui déguste un instant de liberté

Sens tu là-bas

Sous tes pieds nus libérés de toute attache
La chaleur et le grain de cette mère nourricière
Fertile et généreuse
Prends garde car à trop la contempler
Tu risques de t'enraciner et de t'épanouir
Comme la fleur du rosier sauvage, l'églantine

Sens tu là-bas

Dans la houle pourpre d'une autre mère
Tout aussi généreuse et fertile
La vague de l'amour qui te caresse
D'une douceur inexprimable
Sous le jeu des étoiles mystérieuses
Ne cherche pas à la comprendre
Abandonne et savoure cette offrande
De lune de miel qu'humblement elle te donne

Sens tu là-bas

Ma personne qui s'évade des sentiers tracés
Par l'homme à la tête carrée
Je m'en vais vers l'inconnu, cramoisie d'enthousiasme
Où chaque pouce de cette terre est accueillante
Je me sens chez moi, à ma place.






Ecrit par Stella
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net