Écriture automatique

Que peut-il se nicher dans mon inconscient
(qui fait le classieux avec sa diérèse) ?
Franchement je l’ignore. Et c’est humiliant
(pour employer les mots de ma tata Thérèse).

Si l’on en croit Breton, laisser courir sa plume

serait pour le savoir une ficelle en or.
C’est parti mon kiki ! Mon ciboulot s’allume
et me souffle des vers. Et encor et encor.

Je vais, à ce neuvième, entamer un tercet

(je cause alexandrin,
 chez moi, chacun le sait,
pondre n’importe quoi m’est moins facile en prose.)

Mon inconscient gaze. Au point où l’on en est,
le plus simple serait de signer un sonnet.
Qui, le brave, vivra ce que vivent les roses.




Ecrit par Obofix
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net