Si belle à ta fenêtre

Si belle à ta fenêtre à quoi donc songes-tu
Quand ton corps à demi drapé dans sa vertu
A la chaude lumière expose ses promesses
Dis en tes yeux baissés quels pensers se délaissent

Sur ton cou que ta main douce posée ne blesse
De quel toucher futur cherche-t-elle caresse
Et tes yeux sous leurs closes paupières voient-ils
A ton sein ton amant entisser ses sûrs fils

Quels rêves insensés sous tes cils se déplissent
Pour qu’advienne une amoure qui soit sans malice
Et demain t’en souvienne ton cœur est calice

Quels baisers et quels mots en tes lèvres fermées
Préparent l’aliment pour le plus doux des mets
Belle à l’heure venue seras-tu bien aimée.


09/09/2003

Ecrit par Jim
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net