Fatras baladeur

La ballade, à mon goût, est une chose fade.
Qui s’intéresse encor à cette roucoulade ?
D’accord, c’était génial, mais il y a longtemps,
Quand on aimait conter tout un tas de salade.
Maintenant c’est ringard à s’en rendre malade.
Ça sent le renfermé des chiffonniers d’antan
Remplis d’antiquités à l’aspect rebutant.
Il vaut mieux envoyer ce vieux truc en balade
Ou lui faire avaler un coup de remontant,
Et rogner l’L en trop, quelle vieille toquade !
Ce n'en est plus la mode, elle sent le vieux temps.

Ce n'en est plus la mode, elle sent le vieux temps,
De nos jours plus c’est court et plus c’est excitant.
Tu en pinces pour moi ? Viens, j’t’emmène en balade !
Pas besoin de deux L, un seul c’est épatant,
En chemin on saura se donner du bon temps,
Pas de salamalecs ni de rodomontades.
Comme on sait : dans la gêne y’a rien que des brimades,
Faut aller droit au but, c’est le plus important
La vie passe trop vite autant qu’une tornade.
Mieux vaut en profiter sans gaspiller l’instant.
La ballade, à mon goût, est une chose fade !


D’après le distique :<br />
La ballade, à mon goût, est une chose fade.<br />
Ce n'en est plus la mode, elle sent le vieux temps.<br />
<br />
Molière - Les femmes savantes - <br />


Ecrit par Oxalys
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net