L'errance

Un matin frisquet sonne la fin
Une feuille asséchée s’effiloche
Halte dans le coeur du turlupin
Une vie d’asthénie qui décroche

Une culbute vers l’inconnu
Trop long vol plané pour amerrir
Dans une étendue d’eau méconnue
Tout près, une fleur vient de flétrir

Les derniers pépiements d’un oiseau
Périple baigné de solitude
Parcours ambivalent du ruisseau
Comme une coulée d’incertitude

Complaisance qui mène au sommeil
Sentier plus svelte que l’horizon
Stries d’indifférence sans pareil
L’abandon en aura eu raison

Le nord de sa vie a disparu
Un phare éteint dans le brouillard
Un monde d’espace incongru
Chaines enlacées à un bagnard

Enjambées arrachées au néant
L’âme appesantie d’un lourd fardeau
Éloignez-le des moments troublants
Pour bâtir un ailleurs sans barreau

Comment dire à ce regard d’exclu?
Faites disparaitre les clôtures
Découvrez tout ce qu’il a voulu
Cicatrisez nombre de blessures

Enfermé dans un refuge sombre
Déréliction pour seul compagnon
Effacez les gris de la pénombre !
Offrez-lui de vivre à Avignon !


Dédié aux oubliés sur qui, le regard se détourne facilement

Ecrit par Lolo
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net