Satyre dans les mots laids....

Le peaufinage sera toujours en tête de l'art


Je n’ai point pour usage un prompt abaissement
Qui porte à flagorner par grands coups de trompette !
Pourquoi donc camoufler qu’avec telle tempête
On espère, en retour, pareil empressement ?

Je m’offusque toujours du sot jacassement
Qui trouve un avocat pour lui faire la fête !
Car, malgré les vivats, nul ici n’est prophète
Et ne peut supplanter l’art du dépassement !

L’éthique est sans octroi dans sa noble posture ;
Elle donne aux féaux une telle nature
Que le moindre vassal en demeure ébloui.

Gardez-vous du lyrisme, du propos bien trop fluide,
Qui se dit sans accroc et de charme inouï !
Ne suivez plus celui qui se dit nouveau druide.




Ecrit par Tonindulot
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net