Ce matin je préfère un bleu givré

au-delà de la nuance des mots,
du ton doux de la critique,
par l'air qui met la phrase sur la peau
en sentant le manque de voix
au-delà de ce bleu minéral avec lequel
on ose renouer des liens
entre les moments de tendresse et ceux où
on a peur d'un bleu minuit qui pourrait
révéler notre peur de reconnaître
que nous avons la vanité
être recherché,
être nécessaire
pour donner le rythme du cœur quand
nous avons entouré la femme
dans des cercles de bleu lavande
au-delà de la faim charnelle
c'est la faim des solitudes
solitudes en deux
qui savent se déshabiller
jusqu'au nu d'un bleu électrique
nous nous demandons
si on aimer seulement de cette façon,
entre deux saisons le bleu des mers du sud
entre deux chapitres existentiels
seulement le bleu fumé
pour pouvoir reconnaître
dans le bleu Klein de la ville
une échelle
que nous peignons en bleu minéral
jusqu'à ce que nous montions si haut
que nous devenons un bleu céleste.



le Bleu - c'est un contour de l'âme, des mots qu'on ne peut pas dire à tout moment et de toute façon, c'est une tendresse dont il faut se souvenir, c'est une chanson qu'il faut écouter une fois par an les yeux fermés.

Ecrit par Mioche
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net