Si

Si nous n'avions pas les mots comme ça
Est-ce que nous nous connaissons
Dans des sons sans yeux ni lèvres?
Si demain
Toutes les consonnes du monde fuiraient
Et les voyelles s'écrouleraient sur l'océan
Lors du voyage de la baleine vers l'Arctique
Avec quel geste pourrais-je demander le café?
Combien de doigts pour dire au revoir
Dans un silence étonné...
La peur jette un dialecte
Et tout à coup nous grondons, ou aboyons, ou gazouillons...
Le dialogue n'a que des signes de ponctuation;
Les rues nous rassemblent entre parenthèses;
Nous avons autour du cou un point d'interrogation
Mais qui a les questions?
Qui a courues avec les réponses et pourquoi
Il y a un grondement quand la porte du ciel s'ouvre
Quand l'enfant revient
Avec des larmes pleines de points d'exclamation!
C'est le temps de la miséricorde et des clochers qui compte
Dans la paume de la nuit!
Certains ont payé le nombre des morts
Pour nous apprendre les pleurs;
Les écouter écrit dans la poussière
Les signes avec lesquels
Ils s'appellent homme et femme...
Les grillons battent le chemin des laiteries
Et nous mordons nos lèvres au sang!
Dieu, on ne sait plus comment pleurer;
Juste dans la grotte du cerveau
Une prière douce et sévère parle ses mots et son langage
Ne les touche pas, arrête-les
Dans l'air conditionné !
Vous ne pouvez entendre que les dents grincent
Mélanger les cendres des phrases que j'ai données aux coupables
Les vérités et la raison
Des hors-la-loi qui ont caché le mystère de l'amour et de la virginité
Qui n'a pas été vendue!
Allez, viens!
Des bébés naissent qui font un mot, vous entendez?
Même la lune semble étonnée alors qu`ils murmurent: maman!
Les enfants de la lune nous supplient de parler
Et demander pardon
Pourceaux qui sont enchaînés à nos empreintes
Ce que les montagnes soulèvent encore!
Si ça ne marche pas ... ça veut dire que vraiment
Nous n'avons plus les mots, seuls les chiffres;
Juste un et zéro!
Et nous allons nous battre jusqu'à la dernière goutte de
Jusqu'à la dernière émotion hurlant désespérément
Qui est l'homme et qui est la femme?
Le numéro un, le zéro?




parfois, les mots ne sont plus nécessaires.
il est bon d'entendre comment à notre place parlent les fenêtres, les rues, les oiseaux que nous ne connaissons pas si près de l'espace dans lequel nous construisons numériquement le bonheur utopique d'un avenir qui ne veut pas nous reconnaître au moins comme de simples comédiens.


Ecrit par Mioche
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net