Au son d'un violoncelle

Au son d’un violoncelle
Son cœur se met à frémir,
C’est le passé qui l’appelle.

Dans une vieille chapelle,
Il a surpris son sourire
Au son d’un violoncelle.

Ce regard qui l’ensorcelle
Le fera longtemps souffrir
C’est le passé qui l’appelle.

Mona Lisa, il chancelle,
Il sera à toi, toujours
Au son d’un violoncelle.

Comme il t’a peinte irréelle !
Pour te rêver chaque jour,
C’est le passé qui l’appelle.

Te voilà donc éternelle,
Da Vinci fut ton amour,
C’est le passé qui l’appelle
Au son d’un violoncelle.




Ecrit par Banniange
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net