Geste d’Orphée

Geste d’Orphée

Et autres luxures



Comme il n’était que d’Eurydice
Et qu’elle aimait le retourner
Orphée en fit ce vice leste
Qu’il glisse et pousse en Eurydice

-

Hercule est tenu par Priape
Le Héros bandant comme un arc
Bêle - Et Tantale au fond du parc
Coincé mais souple et long se lape

-

La syringe à Pan s’approche
Le dieu beau se l’aboucha
Belle nymphe sphinx de poche
S’il te lèche t’embrocha

-

Pénélope avec Télémaque
Grimée enfilait des bijoux
Et sous le fuchsia de ses joues
Le désir est tel qu’il en manque

-

Prométhée est un titan
Aimant de l’homme
Toute la somme
Or souviens-t’en

Rien de cocasse
Cet aigle triste
A l’uraniste
Que cloue au sort le Caucase

-

Agamemnon tant qu’a tuer Tantale
Prit Clytemnestre au rustre clitoris
Eut Oreste Electre et Chrysothémis
Iphigénie ingénue au teint pâle

-

- La génitalité bâclée -
Est né de la cuisse de Zeus
Par l’entremise d’Anticlée
Dont Laërte était monté sus
Le héros d’Homère qu’épice
Le trouble penchant d’Athéna
Pour la sèche barre d’Ulysse
Qu’elle couve comme l’Etna

-

Epiméthée avec Pandore couche
Il est en elle un puits de maux cachés
Libérés par les amants éméchés
Et seule en reste une espérance louche

-

Tué pour un laïus
Laïos fut par son fils
En proie à Lachésis
Et privé de Phébus

Plus d’un enfant jobastre
Ne serait d’une pipe
De Jocaste à son type
Pas né de ce désastre

Antigone air pensif
En Attique à Colone
Mène l’aveugle au trône
Pour un bran décisif

-

Icare
Bizarre
Elève
S’élève

Fils de dédale
Un peu pédale
Plumes aux fesses
Aux eaux ogresses




Ecrit par Salus
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net