Fantasmes nuageux

Au faîte d’un géant
Accroché aux racines du ciel
Un gaz cotonneux s’étire
Se prélasse incongru dans l’espace
Les yeux perdus dans l’azur
Mon cortex s’élève vers un rêve
Plus puissant que le zéphire
Je sculpte d’un souffle l’improbable
Mes lèvres en bouton balayant les scories
Une déesse de brouillard apparait
Nonchalante elle se cambre et s’étire
Mes yeux créatifs ondulent ses courbes
Mon esprit vagabonde de gorges en vallons
Mon fantasme me sourit
…Avant que la tempête ne surgisse
Me laissant seul et nu au sein de la glaise




Ecrit par Tigrou
Tous droits réservés ©
Lespoetes.net